CompositionASNs or DelegationInternal RegulationsHistoryWall of Fame

The Sala dynasty - A name echoing through every decade of Karting

From Enrico to Ronni, including Fernando, Umberto, Guido and Oscar, the Sala family has accompanied the history of Karting since its arrival in Europe. Guido Sala will remain officially the first CIK-FIA World Champion, Umberto Sala was behind the creation of the Birel chassis that became famous in Oscar Sala’s era, while Ronni Sala continues to build on the heritage of the brand in the 21st century.

 

Before launching Karting chassis, the Sala family became known at the beginning of the 20th century for the manufacture and sale of bicycles, already in the city of Lissone where the Birel ART factory is now established.

 

Fernando Sala, its creator, decided to give his bikes the nickname given to his father Enrico: Birel! A few years later, two of Fernando's six sons became passionate about motorsport, first getting involved in motorcycling: Guido, the youngest, as a rider, and Umberto, the eldest, with a shop. A friend of Umberto introduced him to Karting and pushed him to build a chassis.

 

Guido Sala of course took charge of the first tests, before being enlisted as an official Driver at Italkart. He was to win the first two CIK-FIA World Championships, in 1964 and 1965, both held at the famous Oro circuit in Rome.

 

At that time, one of his opponents was his nephew Oscar Sala. Umberto's son was frequently a major opponent. Gradually, the family moved towards the manufacture of chassis. With what name? Birel of course! The beginning of the 70s was to mark a turning point for the brand with the release of the famous Targa chassis, which took many victories thanks to its technical innovations.

 

In 1974, Birel won the World Championship at Estoril, Portugal, with Riccardo Patrese. Eddie Cheever and François Goldstein making an impressive triple for the Italian brand. Four years later at the French circuit of Le Mans, the American Lake Speed gave Birel a second world title with the factory now in full expansion, with Oscar Sala at its head. Mike Wilson added a resounding trio of Championships from 1981 to 1983. This was just the beginning of a fantastic winning machine.

 

Drivers like Mika Hakkinen, Alessandro Piccini, Gianluca Beggio and Francesco Laudato contributed to all these successes. Oscar Sala developed an impressive network of distributors around the world and permanently established the brand in the Karting landscape.

 

In the 1980s, the Birel chassis also became a benchmark in 125cc gearbox. Soon, Oscar understood the importance of competition to increase sales. His official team was the first to invest in a large professional structure, with a very strong visual identity. Many more will follow. In the shadow of Oscar, his son Ronni grew up at the heart of the factory and it was natural that he would succeed as leader.

 

At the same time, the Birel group was developing at all levels: marketing a leisure kart for the endurance consumer and rental circuits, the arrival of the Easy Kart product to democratise the discipline, development of the BMB engine for the KF and KZ categories, and the launch of new chassis brands such as Monza, RK and Ricciardo Kart, the latter two being born from collaboration with Poland’s Robert Kubica and the Australian Daniel Ricciardo.

 

In 2014, Ronni Sala made the decision to join forces with ART Grand Prix company led by Nicolas Todt, giving birth to the Birel ART. Sala and Karting, a beautiful story

********

La dynastie Sala: Un nom qui a traversé toutes les décennies du Karting

D'Enrico à Ronni, en passant par Fernando, Umberto, Guido ou encore Oscar, la famille Sala a toujours accompagné l'histoire du Karting depuis son arrivée en Europe. Guido Sala restera officiellement le premier Champion du Monde CIK-FIA, Umberto Sala fut à l'origine de la création des châssis Birel devenus célèbres sous l'ère d'Oscar Sala, tandis que Ronni Sala continue de faire fructifier l'héritage de la marque au 21e siècle.

 

Avant de se lancer dans les châssis de Karting, la famille Sala s'est fait connaître au début du 20e siècle par la fabrication et la commercialisation de cycles, déjà dans la ville de Lissonne où l'usine Birel Art est aujourd'hui implantée.

 

Fernando Sala, son créateur, a décidé de baptiser ses vélos avec le surnom donné à son père Enrico: Birel ! Quelques années plus tard, deux des six fils de Fernando se sont passionnés pour les sports mécaniques, s'impliquant d'abord dans la moto: Guido, le cadet, en tant que pilote et Umberto, l'aîné, avec un magasin. C'est un ami d'Umberto qui lui fait découvrir le kart et le pousse à construire un châssis.

 

Guido Sala va bien sûr se charger des premiers tests, avant de se faire enrôler comme pilote officiel chez Italkart. Il gagnera les deux premiers Championnats du Monde CIK-FIA, en 1964 et 1965, tous deux organisés sur le fameux circuit d'Oro à Rome.

 

À cette époque, l'un de ses adversaires est son neveu et s'appelle Oscar Sala. Le fils d'Umberto va fréquemment se mettre en valeur. Progressivement, c'est vers la fabrication de châssis que va s'orienter la famille. Avec quel nom? Birel bien entendu ! Le début des années 70 va marquer un tournant pour la marque avec la sortie du fameux châssis Targa, qui va rafler de nombreuses victoires grâce à ses innovations techniques.

 

En 1974, c'est la consécration pour Birel qui remporte le Championnat du Monde à Estoril, au Portugal, avec Riccardo Patrese. Eddie Cheever et François Goldstein assurent même un impressionnant triplé pour la marque italienne. Quatre ans plus tard sur le circuit français du Mans, l'Américain Lake Speed va offrir un 2e sacre mondial à l'usine Birel en pleine expansion, avec Oscar Sala à sa tête. Mike Wilson ajoutera un triplé retentissant de 1981 à 1983. Ce n'est que le début d'une fantastique machine à gagner.

 

Des Pilotes comme Mika Hakkinen, Alessandro Piccini, Gianluca Beggio ou Francesco Laudato ont contribué à tous ces succès. Oscar Sala va développer un impressionnant réseau de distributeurs dans le monde entier et implanter durablement la marque dans le paysage du Karting.

 

Dans les années 80, le châssis Birel devient aussi une référence en 125cc à boîte de vitesses. Très vite, Oscar a compris l'importance de la compétition pour augmenter ses ventes. Son team officiel est le premier à investir dans une grande structure professionnelle, avec un visuel très marqué. Bien d'autres suivront. Dans l'ombre d'Oscar, son fils Ronni va grandir au cœur de l'usine et c'est tout naturellement qu'il lui succédera.

 

Parallèlement, le groupe Birel se développe à tous les niveaux: commercialisation d'un kart loisir pour les endurances “grand public” et les circuits de location, arrivée du produit Easy Kart pour démocratiser la discipline, développement du moteur BMB pour les catégories KF et KZ, lancement de nouvelles marques de châssis comme Monza, RK et Ricciardo Kart, ces deux dernières étant nées avec le concours respectif du Polonais Robert Kubica et de l'Australien Daniel Ricciardo.

 

En 2014, Ronni Sala a pris la décision d'unir ses forces avec la société ART Grand Prix dirigée par Nicolas Todt, donnant naissance au groupe Birel Art. Sala et le Karting, une bien belle histoire.