2018 FIA Karting Best-Of: Peter Elkmann confirms on all levels

08.03.2019

Crowned FIA Karting European Champion - Superkart for the second time in a row, the German Peter Elkmann has been almost invincible this season. Although his talent as a Driver is essential, his careful preparation work also counted in the final score. An eclectic Driver, having raced in Formula 3 in the 2000s, he recently returned to the Motor Sport in LMP3 or GT4, but Superkart remains his priority.

Your joy in winning was visible at the chequered flag. Does this reflect a culmination or will your passion continue?

Superkarts remain my main goal. It's a great discipline and I will be back with the same motivation next year. I would like to grab a third consecutive title to reach the level of Bennett and Vinuales within the winners of the European Championship.

Today, you have a varied program in Motor Sport. Do you think that your last seasons in Superkart were a stepping stone?

It's hard to say that, because the Superkart is not as well-known as the car categories I race in where contacts also count. But I think I can say that if you excel in a demanding discipline like Superkart - which I think is the case with the best Drivers in the Championship - you can claim to score well in almost all forms of racing.

Seen from the outside, the fight for the 2018 title may have seemed easier. Is that right ?

It was not necessarily the case. I am a perfectionist, but I also have doubts on occasion. The preparation work is an important element of success, because you must always try to leave nothing to chance. Engines are a crucial but fragile element that must be prepared according to two constraints that are in  opposition: performance and reliability, a problem that is particularly important in Superkart. I must take this opportunity to thank Jan Jehlik and also Russell Anderson who helped me a lot.

********

Peter Elmkann confirme sur tous les plans

Couronné Champion d’Europe FIA Karting – Superkart pour la seconde fois d’affilée, l’Allemand Peter Elkmann aura été presque invincible cette saison. Si son talent de Pilote est essentiel, son travail de préparation minutieuse aura également compté dans le score final. Pilote éclectique ayant évolué en Formule 3 dans les années 2000, il a renoué récemment avec le Sport Automobile en LMP3 ou GT4, mais le Superkart reste toujours sa priorité. 

Votre joie de l’emporter était visible sous le drapeau à damiers. Cette confirmation reflète-t-elle un aboutissement ou la passion va-t-elle perdurer?

Le Superkart demeure mon objectif principal. C'est une discipline formidable et je reviendrai avec la même motivation l'an prochain. J'ai en tête de m'emparer d'un 3e titre consécutif pour rejoindre le niveau d’un Bennett ou d’un Vinuales au palmarès du Championnat d’Europe.

Aujourd'hui, vous avez un programme varié en Sport Automobile. Pensez-vous que vos dernières saisons en Superkart ont été un tremplin ?

C'est compliqué de dire cela, car le Superkart n'est pas aussi exposé que les catégories automobiles que je pratique dans lesquelles les contacts comptent aussi. Mais je crois pouvoir affirmer que si vous excellez dans une discipline exigeante comme le Superkart – ce qui me semble le cas des meilleurs pilotes du Championnat - vous pouvez prétendre courir et bien figurer dans presque toutes les formes de Compétitions.

Vu de l’extérieur, la conquête du titre 2018 a pu paraître plus aisée. Est-ce juste ?

Ce n’était pas forcement le cas. Je suis un perfectionniste, mais je doute aussi à l’occasion. Le travail de préparation est un élément important du succès, car il faut toujours essayer de ne rien laisser au hasard. La mécanique est un élément crucial, mais fragile qui doit être préparée en fonction de deux contraintes a priori antinomiques : performance et fiabilité. Une problématique particulièrement importante en Superkart. J’en profite pour remercier Jan Jehlik et aussi Russell Anderson qui m’ont apporté une aide précieuse. 

© Photo FIA Karting/KSP