FIA Anti-Doping Disciplinary Committee - Decision of the Court of Arbitration for Sport

23.09.2011

Reminder of the facts:

Mr Igor Walilko, who is a minor, tested positive for Nikethamide, a specified substance belonging to the group S6b, stimulants of the World Anti‐Doping Agency Prohibited List, during the “ADAC Kartenrennen Ampfing” DKM Weekend event held in Ampfing, Germany on 18 July 2010, an FIA International Event registered on the 2010 CIK‐FIA International Sporting Calendar.

By a decision dated 11 October 2010, the FIA Anti‐doping Disciplinary Committee (named “Anti‐Doping Committee – FIA Medical Commission” at that time) stripped Mr Igor Walilko of the individual result achieved in the “ADAC Kartrennen Ampfing” DKM Weekend event, and of any competitive results achieved as from 18 July 2010, and suspended him for two years.

Mr Igor Walilko decided to appeal this decision to the Court of Arbitration for Sport (CAS), based in Lausanne, Switzerland. The hearing before the Panel of the CAS took place on 31 March 2011.

CAS Decision:

By a decision dated 15 September 2011, the Panel of the CAS decided to reduce the suspension initially pronounced by the FIA Anti‐Doping Committee against the driver Igor Walilko from 24 months to 18 months.

The FIA duly notes that the Panel of the CAS has on the whole matched the position of the FIA in recognising the submission of minors to the FIA anti‐doping rules, the violation of these rules in the case in point, the fact of the presence of a prohibited substance, and thus the need to strip the driver of his points and impose a suspension, in the absence of any explanation by the athlete concerning the presence of the substance.

Nevertheless, considering the case to be exceptional on account of the athlete’s very young age and the level of competition concerned, reserved for minors under the age of 15, the Panel reduced the suspension of the athlete from 24 to 18 months in application of the principle of proportionality, while specifying that this decision cannot stand as a precedent and that such a suspension remains essential in order to protect young athletes and encourage them, and those around them, to exercise extreme caution.

* * * * * * * * * * * *

Comité Disciplinaire Anti-Dopage de la FIA - Décision du Tribunal Arbitral du Sport


Rappel des faits :

Lors de l’épreuve « DKM Weekend » du « ADAC Kartrennen Ampfing » organisée le 18 juillet 2010 à Ampfing en Allemagne, Épreuve Internationale FIA inscrite au Calendrier Sportif International de la CIK-FIA, le mineur M. Igor Walilko a été testé positif à la nicéthamide, substance spécifiée appartenant au groupe S6b des stimulants figurant sur la Liste des Interdictions de l’Agence Mondiale Antidopage.

Sur décision du 11 octobre 2010, le Comité Disciplinaire Antidopage de la FIA (alors appelé « Comité Antidopage – Commission Médicale FIA ») a annulé le résultat individuel obtenu par M. Igor Walilko lors de l’épreuve « DKM Weekend » du « ADAC Kartrennen Ampfing », ainsi que tout résultat obtenu en compétition par ce Pilote depuis le 18 juillet 2010, et l’a suspendu pour deux ans.

M. Igor Walilko a décidé de faire appel de cette décision auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), sis à Lausanne, en Suisse. L’audience de l’Instance de jugement du TAS a eu lieu le 31 mars 2011.


Décision du TAS :

Sur décision du 15 septembre 2011, l’Instance de jugement du TAS a décidé de réduire de 24 à 18 mois la suspension initialement prononcée par le Comité Disciplinaire Antidopage de la FIA à l’encontre du Pilote Igor Walilko.

La FIA prend bonne note que l’Instance de jugement du TAS a adopté une position globalement équivalente à celle de la FIA en reconnaissant la soumission des mineurs aux règles antidopage de la FIA, la violation de ces règles dans l’affaire concernée, la présence avérée d’une substance interdite et par conséquent la nécessité de retirer les points du Pilote et de lui infliger une suspension étant donné l’absence de toute explication fournie par ce sportif relativement à la présence de cette substance.

Néanmoins, considérant cette affaire comme exceptionnelle vu le très jeune âge de ce sportif et le niveau de la compétition en question, réservée aux mineurs de moins de 15 ans, l’Instance de jugement a réduit sa suspension de 24 à 18 mois en application du principe de proportionnalité, tout en précisant que cette décision ne saurait constituer un précédent et qu’une telle suspension demeure essentielle afin de protéger les jeunes sportifs et de les encourager, ainsi que ceux qui les entourent, à exercer la plus grande prudence.