Interview of Danilo Rossi - "As an enthusiast, I must act for the promotion of Karting"

05.10.2018

If François Goldstein ruled the 70s and Mike Wilson the 80s, Danilo Rossi was one of the most talented and charismatic drivers of the 90s. During this period, the Italian won five CIK-FIA world titles in Formula A, Formula C (125cc gearbox), and three times in Formula Super A. His sense of attack was matched only by his respect for his opponents. A great karting enthusiast, Danilo Rossi then moved to the other side of the barrier. Team manager at CRG for a few years, he then decided to create his own brand, DR Racing Kart, with which he has won many international races.

What are your best memories as a driver?My five CIK-FIA World Championships were all great moments. I have a slight preference for the first one, in Formula A at Jesolo in 1990. All the drivers who race at the international level all dream of becoming a World Champion one day. Achieving this goal is an incredible feeling. I also have a very good memory of the championship in 1997 at Salbris. Shortly before that, I had the opportunity to race in single-seaters, with some success, including a victory in Formula 3. But due to lack of budget, I could not continue. I was offered a return to karting. It was not easy and I worked hard to get back to my level. For this reason, this victory made an impression on me.

And as a professional?

The DR Racing Kart team won two major CIK-FIA events in KZ2: the 2013 European Championship with Emil Antonsen and the 2014 International Super Cup with Ryan Van der Burgt. In 2012 at Sarno, we also had two drivers on the podium of the World Cup. We must not forget that DR Racing Kart is not one of the biggest karting factories and that such titles are still extremely difficult to win. That's why a top five in a CIK-FIA World Championship in Junior or OK also gives me immense satisfaction.

Before creating DR, you had the opportunity to stay at CRG. Do you regret this decision?Absolutely not. I am proud of what I accomplished with CRG, with whom I have always had an excellent relationship. But the way DR is managed satisfies me. I am lucky to have been able to involve some of my family members, it is a pleasure to work with them every day. Our relationships are excellent. Of course, running a company like DR means you need to take on heavy responsibilities, but it's a great challenge.

DR Racing Kart is involved in various categories, like KZ2 for example, but a little less in OK or the OK-Junior. Why?

When creating DR, we got very deeply involved in 100cc, then in KF. Subsequently, we enjoyed a strong reputation in KZ2. Recently, I reached an agreement with the Modena Engines factory to renew their development and marketing. It took us a long time. But currently, we are preparing for the homologation of a new Modena Engines engine in OK-Junior and OK, in order to be ready for the CIK-FIA homologation coming this winter. So expect to see us back in these categories again. I have a lot of distributors waiting for this type of powerful engine and which is now highly developed. I also bear in mind that its purchase price is comparable to those of the main brand challenges.

DR is therefore counting on an expansion of OK and OK-Junior categories around the world...

We hope for that, of course. ASNs must play their part in the success of these categories. If they impose them in their country and promote them, it will be much easier for OK and OK-Junior in the future. It would also be desirable for the federations applying for an FIA Karting event to introduce international categories into their own races.

DR benefits from the expertise of the CRG factory for the production of the chassis. Should we infer that the chassis are similar?

The CRG and the DR are different chassis. We have our own research and development departments, which constantly reflect on the best technical solutions. We define the directions we want to take internally and CRG is only responsible for production.

You had the idea of relaunching a new exhibition dedicated to karting in Italy, which will take place in December at the circuit of Adria. What are your reasons?

I think we must all act to promote karting as much as we can. For my part, I wanted our sport to once again entrance the public and leisure drivers who dream of racing, while allowing exchanges between professionals in the discipline. It will also be a way for businesses and smaller factories to become more widely known. Italy is one of the most dynamic countries in terms of karting, so it seems normal to me that it should have such an annual event. I talked about it with the Adria circuit which agreed to host this exhibition. I hope that it will be successful. 

*************

Entretien avec Danilo Rossi - “En tant que passionné, je me dois d’agir pour la promotion du Karting”

Si François Goldstein a marqué les années 70 et Mike Wilson les années 80, Danilo Rossi fut l’un des pilotes les plus talentueux et les plus charismatiques des années 90. Durant cette période, l’Italien a remporté cinq titres mondiaux CIK-FIA en Formule A, en Formule C (125cc à boîte de vitesses) et en Formule Super A par trois fois. Son sens de l’attaque n’avait d’égal que son respect envers ses adversaires. Grand passionné de karting, Danilo Rossi est ensuite passé de l’autre côté de la barrière. Team manager chez CRG durant quelques années, il a décidé de créer sa propre marque, DR Racing Kart, avec laquelle il a encore gagné de nombreux grands succès internationaux.

Quels sont vos meilleurs souvenirs en tant que pilote?

Mes cinq titres de Champion du Monde CIK-FIA restent tous de grands moments. J’ai une petite préférence pour le premier, en Formule A à Jesolo en 1990. Tous les pilotes qui roulent au niveau international rêvent tous de devenir un jour Champion du Monde. Atteindre cet objectif apporte une sensation incroyable. Je garde aussi un très bon souvenir du sacre en 1997 à Salbris. Peu avant, j’avais eu l’opportunité de débuter en monoplace, avec quelques succès, notamment une victoire en Formule 3. Mais faute de budget, je n’avais pas pu continuer. On m’a proposé d’effectuer mon retour en karting. Ce ne fut pas facile pour autant et j’ai beaucoup travaillé pour revenir à mon meilleur niveau. Pour cette raison, cette victoire m’a marqué.

Et en tant que professionnel?

L’équipe DR Racing Kart a gagné deux épreuves majeures du calendriers CIK-FIA en KZ2: le Championnat d’Europe 2013 avec Emil Antonsen et la Super Coupe Internationale 2014 avec Ryan Van der Burgt. En 2012 à Sarno, nous avions aussi deux pilotes sur le podium de la Coupe du Monde. Il ne faut pas oublier que DR Racing Kart ne fait pas partie des plus grosses usines dans le monde du karting et que de tels titres restent excessivement difficiles à obtenir. C’est pourquoi certains top-5 dans un Championnat du Monde CIK-FIA en Junior ou OK offrent également d’immenses satisfactions.

Avant de créer DR, vous aviez la possibilité de rester chez CRG. Regrettez-vous cette décision?

Non, absolument pas. Je suis fier de ce que j’ai accompli avec CRG, avec qui j’ai toujours eu d’excellents rapports. Aujourd’hui encore ! Mais la manière avec laquelle DR est gérée me comble. J’ai la chance d’avoir pu impliquer certains membres de ma famille, c’est un plaisir de travailler avec eux au quotidien. Nos relations sont excellentes. Bien sûr, diriger une entreprise comme DR t’entraîne à prendre de lourdes responsabilités, mais c’est un beau challenge.

DR Racing Kart est concerné par diverses catégories, comme le KZ2 par exemple, mais un peu moins par le OK ou le OK-Junior. Pourquoi?

Lors de la création de DR, nous nous sommes beaucoup impliqués en 100cc, puis en KF. Par la suite, nous avons bénéficié d’une forte notoriété en KZ2. Récemment, j’ai trouvé un accord avec l’usine Modena Engines pour rependre la partie développement et commercialisation. Cela nous a pris beaucoup de temps. Mais actuellement, nous préparons l’homologation d’un nouveau moteur Modena Engines en OK-Junior et en OK, afin d’être prêt pour l’homologation CIK-FIA à venir cet hiver. Attendez-vous donc à nous revoir dans ces catégories. J’ai beaucoup de distributeurs qui attendent ce type de moteur performant et désormais très au point. Je rappelle en outre que son prix d’achat est comparable à ceux des principaux challenges de marque.

DR mise donc sur une expansion des catégories OK et OK-Junior dans le monde…Nous espérons, bien sûr. Les ASN doivent prendre leur part dans le succès de ces catégories. Si elles les imposent dans leur pays et assurent leur promotion, ce sera beaucoup plus facile pour le OK et le OK-Junior dans le futur. Il serait également souhaitable que les fédérations qui postulent pour recevoir une épreuve FIA Karting introduisent les catégories internationales dans leurs propres courses.

DR bénéficie de l’expertise de l’usine CRG pour la production du châssis. Doit-on en déduire que les châssis se ressemblent?

Le CRG et le DR sont des châssis différents. Nous avons nos propres services de recherche et développement, lesquels réfléchissent constamment aux meilleurs solutions techniques. Nous définissons en interne les orientations que nous souhaitons et CRG se charge seulement de la production.

Vous avez eu l’idée de relancer en Italie une nouvelle exposition dédiée au Karting, qui aura lieu en décembre sur le circuit d’Adria. Pour quelles raisons?

Je pense que nous devons tous agir pour la promotion du Karting, dès que l’on peut. Pour ma part, j’ai souhaité que notre sport aille de nouveau à la conquête du public et des pilotes de loisir qui rêvent à la compétition, tout en permettant des échanges entre les professionnels de la discipline. Ce sera aussi un moyen pour les entreprises et les usines de plus petite taille de se faire connaître davantage. L’Italie est l’un des pays les plus dynamiques en matière de Karting, il me semble donc normal qu’elle dispose d’un tel événement annuel. J’en ai parlé avec le circuit d’Adria qui a été d’accord pour accueillir cette exposition. J’espère que le succès sera au rendez-vous.

© Photo CIK-FIA KSP