Interview with Jordon Lennox-Lamb: "Switching from driver to team manager seemed obvious!"

16.05.2019

With numerous podiums and a victory in the FIA Karting World Cup – KZ2 in 2012, Jordon Lennox-Lamb's racing career ended at the FIA Karting World Championship - KZ in 2017. The Briton then chose to make his passion his job, creating his own team (Lennox Racing Team).  In partnership with the OTK group, he now runs an important team, among the best organised in the international paddock.

Jordon, can you go back to the highlights of your career?

It is good that you have asked me this question as FIA Karting returns to the circuit of Angerville (the interview was carried out during the French Kart Grand Prix), because here is where I have strong memories. It was in 2009 when qualifying in the Western Zone for the European KF2 Championship. I drove a Top Kart-Parilla assisted by Stefano Parrilla, the son of Angelo Parrilla, former mentor of Ayrton Senna. I came out as leader of the heats, but an electrical problem forced me to give up in Race 1. Race 2 was incredible, with a gain of 26 places, up to 3rd position! I fell into the arms of my entire team, it was a moment filled with emotion.
Of course, since I started in Great Britain in 1999, when I was seven years old, then during my international run in Junior in 2006, there were many other highlights. Like the victory in the KZ2 World Cup in 2012, 3rd place in the KF2 World Cup, the Asia Pacific Vice Championship in KF1, 3rd place at the KZ World Championship in 2013, my success in Las Vegas in Pro S1 or the Vice World Championship in KF in 2015.

Which teams did you race with?

After the period with Top Kart, I drove a Birel, first with Mauro Pozzi's MGM team, then with the factory team. I became a CRG driver, before returning to Birel. Then, I found myself in contact with the OTK group when I started my comeback and competed in the KZ World Championship in 2017. I felt that I had reached the end of my racing career. After initial experience with the Fusion Motorsport team, I made the decision to start my own team.

Were you worried about your age?

Many people advised me to wait, feeling that my shoulders were not broad enough to handle a big team. For my part, even if I wasn't sure of anything, I remained confident. A few years ago, I probably missed the right moment to try for a car career. This time, I did not want to miss this opportunity to secure my future. Even when I was still driving, I had the opportunity to meet young drivers in the teams for which I drove. I really enjoyed the contact I had with them. I advised them whenever I had the opportunity. To pass my knowledge, my skills, my experience on to them was something that was close to my heart.

Lennox Racing Team is not a small team. Is it hard to manage?

I now have more responsibilities and my life would probably have been easier if I had decided just to coach drivers. However, I did not start on my own. I am fortunate to have the support of the OTK group and I really thank Mr Robazzi and all those who helped me and trust me. The right opportunity came at the right time. In addition, I like to manage the logistics of the team, to prepare the equipment and to be interested in the technical part. It's a motivating challenge.

The Exprit chassis is also booming ...

Absolutely. The brand is fashionable and the design is appreciated. As for the performance of the OTK chassis, they have largely proven themselves, just like the Vortex engines that we use with our chassis.

What are your goals?

It is obviously to bring my drivers to the front. We just did it with Jamie Day, who has had great results and several podiums since the beginning of the season. I also want to stay realistic. The majority of our drivers are still young and lack experience. To get into the international top 10 takes some time. With the OTK group, we made the gamble to invest in a large new quality awning. Therefore we benefit from a great working tool, which allows our drivers to develop in the best possible conditions.

What is the added value of your team?

I attach great importance to the choice of mechanics. Some are from big teams. In addition to their skills, I want a certain rapport to be created with the drivers, so that they spend time with them in order to advise them better, to help them progress and to transmit the competitive values that we share.

Is it complicated to find the balance between the financial side and the sporting side?

Of course! That's why we need to contribute to the driver's progress so that people understand our philosophy. If we want to find new drivers every year, getting results is very important.

How are the relations with the other teams of the OTK group?
The collaboration is excellent, we work seamlessly with the official Tony Kart and Kosmic teams. We compare our data acquisition and feedback from drivers, which is essential to progress. We are open to each other, as it's an opportunity!

Are you here for the long term?

I hope so! When I look at my age, only 27, I tell myself that I have the best years ahead of me...

*********

Interview avec Jordon Lennox-Lamb : “Passer de pilote à team manager m’est apparu comme une évidence !”

Marquée par de nombreux podiums et une victoire à la Coupe du Monde FIA Karting - KZ2 en 2012, la carrière de pilote de Jordon Lennox-Lamb a pris fin lors du Championnat du Monde FIA Karting - KZ en 2017. Le Britannique a alors choisi de faire de sa passion son métier, en créant sa propre écurie (Lennox Racing Team). En partenariat avec le groupe OTK, il dirige aujourd’hui une importante structure parmi les mieux organisées du paddock international.

Jordon, pouvez-vous revenir sur les moments forts de votre carrière?
Cela tombe bien que vous me posiez cette question à l’occasion du retour de la FIA Karting sur le circuit d’Angerville (l’interview a été réalisé lors du Kart Grand Prix de France), car c’est justement ici que j’ai un souvenir mémorable. C’était en 2009 lors de la qualification de la zone ouest pour le Championnat d’Europe KF2. Je roulais sur un Top Kart-Parilla assisté de Stefano Parrilla, le fils d’Angelo Parrilla, ancien mentor d’Ayrton Senna. Je suis sorti leader des manches, mais un problème électrique m’a contraint à abandonner dans la Course 1. La Course 2 fut incroyable, avec une remontée de 26 places, jusqu’en 3e position ! Je suis tombé dans les bras de toute mon équipe, c’était un moment rempli d’émotions.
Bien sûr, depuis mes débuts en Grande-Bretagne en 1999, lorsque j’avais 7 ans, puis lors de mon passage à l’international en Junior en 2006, il y a eu beaucoup d’autres moments forts. Comme la victoire à la Coupe du Monde KZ2 en 2012, la 3e place à la Coupe du Monde KF2, le titre de vice Champion Asie-Pacifique KF1, la 3e position au Championnat du Monde KZ 2013, mon succès à Las Vegas en Pro S1 ou le titre de vice Champion du Monde KF en 2015.

Quelles sont les équipes que vous avez côtoyées?

Après l’épisode avec Top Kart, j’ai roulé sur Birel, d’abord avec le team MGM de Mauro Pozzi, puis avec le team officiel. Je suis devenu pilote CRG, avant de revenir chez Birel. Puis, je me suis retrouvé en contact avec le groupe OTK lorsque j’ai commencé ma reconversion et disputé le Championnat du Monde KZ en 2017. J’ai senti que j’étais arrivé au bout de ma carrière de pilote. Après une première expérience avec le team Fusion Motorsport, j’ai pris la décision de monter mon propre team.

N’étiez-vous pas inquiet eu égard à votre jeunesse?

Beaucoup de personnes m’ont conseillé d’attendre, m’avouant que je n’avais pas les épaules assez larges pour gérer un gros team. Pour ma part, même si je n’étais sûr de rien, je suis resté confiant. Il y a quelques années, j’ai sans doute manqué le bon moment pour tenter de faire carrière en automobile. Cette fois, je ne voulais pas rater cette possibilité pour assurer mon avenir. Même lorsque je pilotais encore, j’avais l’occasion de côtoyer de jeunes pilotes dans les teams pour lesquels j’ai roulé. J’ai beaucoup apprécié les contacts que j’avais avec eux. Je les conseillais dès que j’en avais la possibilité. Leur transmettre mon savoir, mes compétences, mon expérience, c’était quelque chose qui me tenait à coeur.

Lennox Racing Team n’est pas une petite équipe. N’est-ce pas trop difficile à gérer?

J’ai aujourd’hui davantage de responsabilités et ma vie aurait sans doute été plus facile si j’avais seulement décidé de coacher des pilotes. Toutefois, je ne me suis pas lancé tout seul. J’ai la chance de bénéficier d’un important soutien du groupe OTK et je remercie vraiment Mr Robazzi et tous ceux qui m’ont aidé et me font fait confiance. La bonne opportunité est arrivée au bon moment. En outre, j’aime gérer la logistique du team, préparer le matériel et m’intéresser à la partie technique. C’est un challenge motivant.

Le châssis Exprit est également en plein essor…

Tout à fait. La marque est à la mode et le design est apprécié. Quant aux performances des châssis OTK, elles ont largement fait leur preuves, tout comme les moteurs Vortex que nous utilisons sur nos châssis.

Quels sont vos objectifs?

C’est évidemment d’amener mes pilotes aux avant-postes. Nous venons de le faire avec Jamie Day qui a enchaîné d’excellents résultats et plusieurs podiums depuis le début de la saison. Je veux aussi rester réaliste. La majorité de nos pilotes sont encore jeunes et manquent d’expérience. Intégrer le top-10 international demande un certain temps. Avec le groupe OTK, on a fait le pari d’investir dans une grande structure neuve de qualité. On bénéficie ainsi d’un super outil de travail, ce qui permet à nos pilotes d’évoluer dans les meilleures conditions.

Quelle est la valeur ajoutée de votre team?

J’attache beaucoup d’importance au choix des mécaniciens. Certains sont issus de grandes équipes. En plus de leurs compétences, je veux qu’une certaine complicité se crée avec les pilotes, qu’ils puissent passer du temps avec eux afin de les conseiller au mieux, de les faire progresser et de leur transmettre les valeurs de la compétition que nous partageons.

Est-ce compliqué de trouver l’équilibre entre le côté financier et le côté sportif?

Bien sûr ! C’est pour cette raison que nous devons contribuer à la progression du pilote pour que les gens comprennent notre philosophie. Si nous voulons trouver de nouveaux pilotes chaque année, obtenir des résultats reste très important.

Comment sont les relations avec les autres teams du groupe OTK?

La collaboration est excellente, nous travaillons en toute transparence avec les équipes officielles Tony Kart et Kosmic. Nous comparons nos acquisitions de données, le ressenti des pilotes, c’est primordial pour progresser. Nous sommes ouverts les uns aux autres, c’est une chance !

Etes-vous là pour longtemps?

J’espère ! Quand je regarde mon âge, seulement 27 ans, je me dis que j’ai de belles années devant moi…

© Photo FIA Karting/KSP