2015 CIK-FIA Best-Of: Hanley: first European title at 30 years old

04.03.2016

The sporting career of the Briton Ben Hanley has no equivalent. Champion of Great Britain in ICA-Junior in 1998, he went on to win numerous international victories in karting before moving to cars in 2005. Formula Renault 2.0, then 3.5 and finally GP2 gave him great opportunities to shine but he failed to get to F1, mainly for financial reasons. Hanley came back to Karting from 2009 as a professional driver with flattering results. But he had to wait until he was 30 years old to finally be rewarded with a title of CIK-FIA European Champion, in the KF category. Since 2013, he is one of the few drivers capable of great performances in both KF and KZ.

- Can you tell us about your amazing career?

I have always been as devoted to the pursuit of victory in karting as well as cars. It is my passion and my reason for living. At some point, it was natural that I try my luck in single-seaters and this also went pretty well. I did the maximum and I won races, I was well placed in major championships. Honestly, I have no regrets. We all have the right to take a chance. After GP2 it became too difficult to continue without a big budget, which I did not have. Karting offered me a second opportunity when I found a team that I knew well and who is like my second family. At Maranello, ART GP and now Mad-Croc, I followed Armando Filini and his mechanics faithfully. It's a great story for me.

- How did you win this first European Championship?

I have won many victories in my career, but never a title. Racing is always a very complex area where the slightest detail can deprive you of the expected success. I must say that this year, with Mad-Croc, we staked everything on the major championships. Early in the season, we even paused in our racing programme to intensify the development and testing of our factory TM Racing engine. This paid off at the first European race at Portimao. I assured 2nd place at PFI and I was still in it for the win in Kristianstad. Carburetion problems relegated me to 5th position, but it was enough to finally be crowned!

- As a top level KF and KZ Driver, what motivates you today?

I'm still passionate about competition. I participate in the development of some single-seater championships, which is very interesting, but my main activity is that of professional karting driver. It is natural that I work in the main categories in which my team is engaged. As I am still in good shape, it's a real pleasure to race in both KF and KZ. The most important thing is to fight for the victory and I still have more championships to win!

 

************

Hanley : premier titre européen à 30 ans

Le parcours sportif du Britannique Ben Hanley n'a pas d'équivalent. Champion de Grande-Bretagne ICA-Junior en 1998, il a remporté ensuite de nombreuses victoires internationales en Karting avant de se tourner vers la monoplace en 2005. Formule Renault 2.0, puis 3.5 et pour finir GP2 lui ont offert de belles occasions de briller sans toutefois parvenir à monter jusqu'en F1, essentiellement pour des raisons financières. Hanley a retrouvé le Karting à partir de 2009 en tant que Pilote professionnel avec des résultats flatteurs. Pourtant, il lui a fallu attendre ses 30 ans pour être enfin récompensé par un titre de Champion d'Europe CIK-FIA, dans la catégorie KF. Depuis 2013, il est l'un des rares Pilotes capables de grandes performances aussi bien en KF qu'en KZ.

- Pouvez-vous nous éclairer sur votre carrière étonnante ?

Je me suis toujours entièrement consacré à la recherche de la victoire, en karting comme en automobile. C'est ma passion et ma raison de vivre. Arrivé à un certain stade, il était normal que je tente ma chance en monoplace. Cela s'est d'ailleurs plutôt bien passé. J'ai fait le maximum, j'ai remporté des courses, je me suis bien placé dans des grands championnats. Sincèrement, je ne regrette rien.  On a tous droit à sa chance, il ne faut pas la laisser passer. Après le GP2, il est devenu trop difficile de continuer sans un gros budget, ce que je n'avais pas. Le karting m'a offert une seconde opportunité en retrouvant une équipe que je connaissais bien et qui est comme ma deuxième famille. Chez Maranello, puis ART GP et maintenant Mad-Croc, j'ai suivi Armando Filini et ses fidèles mécaniciens. C'est une belle histoire pour moi.

- Comment avez-vous vécu ce 1er titre de Champion d'Europe ?

J'ai remporté de nombreuses victoires au long de ma carrière, mais jamais un titre. La course reste un domaine très complexe où le moindre détail peut vous priver de la réussite espérée. Je dois dire que cette année, avec Mad-Croc, nous avons tout misé sur les grands championnats. En début de saison, nous avons même marqué une pause dans notre programme de courses pour intensifier le développement et les tests en compagnie de notre motoriste TM Racing. Cela s'est avéré payant dès la 1ère épreuve européenne à Portimao. J'ai assuré la 2e place à PFI et j'étais encore dans le coup pour la victoire à Kristianstad. Un ennui de carburation m'a relégué en 5e position, mais c'était suffisant pour être enfin couronné !

- Pilote KF et KZ de haut niveau, qu'est-ce qui vous motive aujourd'hui ?

Je suis toujours aussi passionné par la compétition. Je participe au développement de quelques Championnats de monoplace, ce qui est très intéressant, mais ma principale activité est celle de pilote professionnel en karting. Il est normal que je travaille dans les principales catégories dans lesquelles mon équipe est engagée. Comme je suis encore en pleine forme, c'est un vrai plaisir de rouler aussi bien en KF qu'en KZ. L'important est de pouvoir se battre pour la victoire et il me reste d'autres championnats à gagner !

 

© Photos CIK/KSP