2015 CIK-FIA Best-Of: Michelle Gatting "karting helps to build character"

24.02.2016

A karting driver noticed and appreciated for her character and her speed, the Dane Michelle Gatting moved to cars in 2011. For her debut in single-seaters, she finished 3rd in her national championship in Formula Ford, the first girl to win the rookie ranking. A winner of the FIA ​​Women in Motorsport Commission selection, she then spent two seasons in Germany in the Scirocco R Cup with a 5th position in 2013. She tried her luck in the Porsche Carrera Cup Germany the following year. This year she has been is searching for a budget and sponsors to be able to bounce back in 2016 in GT Masters, Blancpain Series or GT3. A meeting at Kristianstad during the 2015 CIK-FIA European Championship allowed her to review the progress.

Michelle, do you simply enjoy the karting atmosphere?

- Yes and no! It is a pleasure to see all the people I know in the community and to see that they have not forgotten me. But as I am not driving this year it is also frustrating! More seriously, the atmosphere is always fantastic in a kart paddock. I confess that I miss it. The racing is intense, everyone is together for several days and together we share the pleasure of the racing. I'm sure I would be able to still do beautiful things in karting!

How was your time in motorsport?

- After a car season in Denmark, I was supported by the FIA ​​Women in Motorsport Commission for two seasons with VW Motorsport. Cathy Muller and Michèle Mouton helped me a lot and I thank them. Then it became more difficult to find a drive. In cars, talent is not enough, we need to find a large budget. Contrary to what one might think, being a woman is not particularly helpful. I am not complaining, I want to be recognised primarily as a Driver, but the hunt for sponsors is difficult for everyone in an unfavourable economic environment. The other point is that you cannot drive a lot in cars. The test sessions are very expensive, so you have to be competitive as soon as you get in the car. It's very different from karting where it there is a lot of training, testing and heats before reaching the Final.

What has your career in karting given you?

- Karting can help you grow a driver and also as an individual. This gives you a taste for effort and self-improvement. When you are motivated, it is easy to learn from other Drivers and mechanics who have a lot of experience. We give ourselves a bit of pain, but it's a very good education. It is also very pleasant!

What advice would you give to a young person who wishes to progress in motorsport?

- I think first to take advantage of their years in karting, otherwise they might regret it. Enjoying this means appreciating the opportunity that we have and the pleasure there is. It also means take every opportunity to learn from all these great people that we meet, learn sportsmanship, respect and motivation. One last detail to remember when you want to race in cars: be in an impeccable physical condition!

********

Michelle Gatting : « le karting permet de se construire soi-même »

Pilote de karting remarquée et appréciée pour son caractère et sa rapidité, la Danoise Michelle Gatting a rejoint le sport automobile en 2011. Pour ses débuts en monoplace, elle a terminé 3e de son championnat national en Formule Ford, première fille à remporter le classement rookie dans cette catégorie. Vainqueur des sélections de la Commission FIA Women in Motorsport, elle a ensuite disputé deux saisons en Scirocco R Cup Germany avec une 5e position finale en 2013. Elle a tenté sa chance en Porsche Carrera Cup Germany l'année suivante. C'est la recherche de budget et de sponsors qui l'occupe cette année afin de pouvoir rebondir dès 2016 en GT Masters, Blancpain Series ou en GT3. Une rencontre à Kristianstad pendant le Championnat d'Europe CIK-FIA 2015 a permis de faire le point sur son parcours.

Michelle, contente de retrouver l'ambiance du karting ?

- Oui et non ! C'est un plaisir de revoir toutes les personnes que je connais dans le milieu et de constater qu'on ne m'a pas oubliée. Mais comme je ne roule pas cette année, c'est également frustrant ! Plus sérieusement, l'ambiance est toujours aussi fantastique dans un paddock de karting. J'avoue que cela me manque. La compétition est intense, tout le monde se donne à fond pendant plusieurs jours et en même temps on partage le plaisir de la course. Je suis sûre que je serais capable de faire encore de belles choses en karting !

Comment s'est déroulé votre passage en sport auto ?

- Après une saison de monoplace au Danemark, j'ai été soutenue par la Commission FIA Women in Motorsport pendant deux saisons au sein de VW Motorsport. Cathy Muller et Michèle Mouton m'ont beaucoup aidé et je les en remercie. Ensuite, c'est devenu plus difficile pour trouver un volant. En automobile, le talent ne suffit plus, il faut pouvoir apporter un budget important. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, être une femme n'aide pas particulièrement. Je ne m'en plains pas, je veux être reconnue avant tout en tant que pilote, mais la chasse aux sponsors reste difficile pour tout le monde dans un contexte économique peu favorable. L'autre point, c'est qu'on ne roule pas beaucoup en sport auto. Les séances de test sont très coûteuses, il faut donc être compétitif dès que l'on monte dans la voiture. C'est très différent du karting où l'on enchaine les entrainements, les essais et les manches avant d'arriver en finale.

Qu'est-ce que vous a apporté votre carrière en karting ?

- Le karting permet de se construire en tant que pilote, mais aussi en tant qu'individu. Cela donne le goût de l'effort et du dépassement de soi. Quand on est motivé, il est facile d'apprendre beaucoup de choses au contact des autres pilotes et des mécaniciens qui ont beaucoup d'expérience. Il faut se donner un peu de mal, mais c'est une très bonne école. C'est également très agréable !

Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui souhaite poursuivre en sport automobile ?

- Je pense d'abord qu'il faut profiter de ses années en karting, sinon on le regrette plus tard. Profiter, cela veut dire apprécier la chance que l'on a et le plaisir que l'on prend. Cela veut dire aussi saisir toutes les occasions pour apprendre de tous ces gens formidables que l'on croise, apprendre la sportivité, le respect et la motivation. Un dernier détail à ne pas oublier quand on veut piloter en automobile :  avoir une condition physique irréprochable !

© Photo CIK/KSP