2016 CIK-FIA Best-Of: CIK-FIA European KZ2 Championship: Fabian Federer's experience rewarded

07.02.2017

 

With his second title of European Champion in KZ2 Fabian Federer got a new confirmation of his talent at international level after a career dedicated to 125cc gearbox. Long faithful to the CRG chassis, this year he racedwith the team SRP Racing with a Modena engine.

Fabian, when did you start in KZ2?

- It's been a long time! I won my first major victory in 2007 at Lonato. Then I won my first European Championship in 2011 already driving a CRG. I then continued to race in international competition, however I have not always had the expected success. I was quick, I got victories, but it's hard to win a title, the standard is very high in KZ2.

How did your 2016 European campaign go?

In the past, the European KZ2 Championship was held as a single event. You had to be on it at the right time and not have problems. Now, the title is decidedover several events, the strategy is different. This year, we had three meetings on the schedule. I started with a very good 2nd position at Essay (FRA) and I managed to win at Adria (ITA) in really difficult conditions due to the constant changes of grip. This is where I made the difference. My opponents were not as consistent. In the last meeting, in Genk (BEL), I was in the top three after the heats. My sparkplug broke in thePrefinal and I had to retire, which deprived me of qualification for the Final. The situation was strange, but not catastrophic: thanks to the dropped scores, I was crowned with a comfortable lead.

What is your future as a driver?

As I said, I have always raced in KZ2. I had a fantastic season with the conquest of a second European Championship and 2nd place in the International Super Cup in Sweden. I am always passionate and I would like to continue, but now I don't know exactly what I will do next year. 

*********

Championnat d'Europe CIK-FIA de KZ2: Fabian Federer, l'expérience récompensée

Avec son 2e titre de Champion d'Europe KZ2, Fabian Federer a obtenu une nouvelle confirmation de son talent au niveau international après une carrière dédiée au 125 à boîte de vitesses. Fidèle depuis longtemps aux châssis CRG, il roulait cette année au sein du team SRP Racing avec un moteur Modena Engines.  

Fabian, quand avez-vous débuté en KZ2 ?

- Cela fait bien longtemps ! J'ai remporté ma première victoire importante en 2007 à Lonato. Puis j'ai gagné mon premier Championnat d'Europe en 2011 déjà au volant d'un CRG. J'ai ensuite continué à rouler en compétition internationale, néanmoins je n'ai pas toujours connu la réussite escomptée. J'étais rapide, j'ai décroché des victoires, mais c'est difficile de remporter un titre, le niveau est très relevé en KZ2.  

Comment s'est déroulée votre campagne européenne 2016 ?

Par le passé, le Championnat d'Europe KZ2 avait lieu sur une seule épreuve. Il fallait être dans le coup au bon moment et ne pas avoir de problèmes. Maintenant, le titre se joue sur plusieurs épreuves, la stratégie est différente. Cette année, nous avions trois meetings au programme. J'ai commencé par une très bonne 2e position à Essay (FRA), puis j'ai réussi à gagner à Adria (ITA) dans des conditions vraiment difficiles à cause des changements incessants d'adhérence. C'est là que j'ai fait la différence. Mes adversaires n'ont pas été aussi réguliers. Pour le dernier rendez-vous, à Genk (BEL), j'étais dans le top 3 après les manches. Ma bougie a cassé en préfinale et j'ai dû abandonner, ce qui m'a privé de qualification pour la finale. La situation était étrange, mais pas catastrophique : grâce au décompte, j'ai pu être couronné avec une avance confortable.  

Comment se présente votre avenir en tant que Pilote ?

Comme je l'ai dit, cela fait longtemps que je dispute des courses en KZ2. J'ai vécu une saison fantastique avec la conquête d'un second titre de Champion d'Europe et une 2e place dans la Super Coupe Internationale KZ2 en Suède. Je suis toujours passionné et j'aimerais pouvoir continuer, mais actuellement je ne sais pas exactement ce que je vais faire à partir de l'an prochain. 

© Photo CIK/KSP