2016 CIK-FIA Best-Of: Paolo De Conto on a cloud in the Worlds

19.01.2017

 

A double European Champion, Paolo De Conto had long dreamed of adding a world title to his record. He almost did it in 2015 at Le Mans (FRA) where he led the Final until the last lap where the ultimate battle deprived him of the title he hoped for. The Italian took sweet revenge this year at Kristianstad (SWE). His happiness was palpable on the podium and in the moments that followed he was overwhelmed by a very moving and deep joy, while congratulations for his performancecame from everywhere.

Paolo, when did you start karting?

- Very young! I come from a family of motorsports fans. My father was even a rally driver along with his brother. One day, he took my sister and I go karting. I must have been 4 or 5 years old, I don't know exactly. Obviously it was fun and I immediately wanted to go further. My father bought me a kart and that's how it all started. I was already fast in baby kart, I won the regional championship twice, then three times in junior. I made my international debut in 2007, in the KF2 category for two seasons, to discover the next level and to learn the circuits. I've always been attracted 125ccgearbox and as soon as I could, I raced in KZ2, from 2009.

Did success happen easily?

- In a way, yes. I had a good period to start with Energy Corse. I especially won European KZ2 then then KZ1 titles in 2010 and 2011. Then, it was a little complicated before returning gradually withCRGin 2015.

How did the Worlds go this year?

- We knew that the equipment was very effective before arriving in Sweden. The European race at Genk confirmedthis. We were confident from the first running on the Kristianstad track. I secured pole position in Qualifying and I won everything afterwards. But the Finalwasn't easy because I didn't have a very good start. Marco Ardigo, Lorenzo Camplese and Anthony Abbasse started better than me. It is not particularly easy to overtakeat Kristianstad. But I knew that and I never expected to do it. As soon as I was catching an opponent, I was pushing. It was the only solution. I ended up joining Anthony who was leading the race and I managed to go past as well. The worst was over, I could outrun them and win the race with the fastest time.

 

It's a nice revenge for me after the disappointment of last year. Now I can say I'm World Champion and it will change the situation!

*******

Paolo De Conto sur un nuage au Mondial

Double Champion d'Europe, Paolo De Conto rêvait depuis longtemps d'accrocher une couronne mondiale à son palmarès. Il s'en était fallu de peu qu'il y parvienne en 2015 au Mans (FRA), puisqu'il menait la Finale jusque dans le dernier tour où une ultime bagarre le privait du titre tant espéré. L'Italien a pris une belle revanche cette année à Kristianstad (SWE). Son bonheur était palpable sur le podium et dans les instants qui suivirent on le sentait ailleurs, submergé par une joie profonde très émouvante, alors que les félicitations venaient de toute part saluer sa performance.

Paolo, quand avez-vous débuté en karting ?

- Très jeune ! Je suis issu d'une famille de passionnés de sport automobile. Mon père a même été pilote de rallye avec son frère. Un jour, il nous a emmenés, ma sœur et moi, faire du karting. Je devais avoir 4 ou 5 ans, je ne sais plus exactement. Bien évident cela m'a beaucoup plu et j'ai tout de suite voulu aller plus loin. Mon père m'a acheté un kart et voilà comment tout a commencé. J'étais déjà rapide en baby kart, j'ai remporté deux fois le championnat régional, puis trois fois en junior. J'ai fait mes débuts internationaux en 2007, dans la catégorie KF2 pendant deux saisons, pour découvrir le niveau supérieur et apprendre les circuits. J'ai toujours été attiré par les 125 à boîte et dès que j'ai pu, j'ai roulé en KZ2, c'est-à-dire à partir de 2009.

Le succès est-il arrivé facilement ?

- D'une certaine manière, oui. J'ai vécu pour commencer une période faste avec Energy Corse. J'ai notamment enchainé les titres européens KZ2 puis KZ1 en 2010 et 2011. Ensuite, cela s'est un peu compliqué avant de revenir progressivement grâce à CRG à partir de 2015.

 

Comment s'est passé le Mondial cette année ?

- Nous savions que le matériel était très performant avant d'arriver en Suède. La dernière course de l'Europe à Genk l'avait encore confirmé. Nous étions confiants dès les premiers roulages sur la piste de Kristianstad. J'ai réalisé la pole position aux essais qualificatifs et j'ai tout gagné ensuite. Pourtant la finale n'a pas été simple parce que je n'ai pas pris un très bon départ. Marco Ardigo, Lorenzo Camplese et Anthony Abbasse sont mieux partis que moi. Ce n'est pas particulièrement facile de doubler à Kristianstad. Mais je le savais et je n'ai jamais attendu pour le faire. Dès que je rattrapais un adversaire, je l'attaquais dans la foulée. C'était la seule solution. J'ai fini par rejoindre Anthony qui menait la course et j'ai réussi à le dépasser également. Le plus dur était fait, j'ai pu les distancer et gagner la course avec le meilleur temps.

 

C'est une belle revanche pour moi après la grande déception de l'année passée. Maintenant je peux dire que je suis Champion du Monde et cela va changer la donne !  

© Photo CIK/KSP