Interview: Dino Chiesa - "In a team, the human factor is essential"

21.06.2019

Born in 1967, Dino Chiesa is one of the most respected and iconic team managers in the paddock.  His career started as a driver in 1980, then quickly as a technician from 1984, where he supported the victorious karting careers of drivers like Alessandro Zanardi, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Nyck De Vries, Lance Stroll and many others. He has reached yet another dimension by starting to win with its own chassis brand KR. This new machine is already a champion, which is also to the credit of everyone around him throughout the season and who have been faithful to him for a long time already.

You have attacked a second year with Kart Republic and the KR chassis, which were homologated by the CIK-FIA on 1st January, 2018. What first assessment have you made from the beginning of the adventure?

Honestly, I am very happy, the current situation exceeds my most optimistic forecasts. Creating a team with my own brand of chassis was a project I had had in mind for some time already. Since last year, it has become a reality and I do not regret it.

Did you expect such results in the first season of Kart Republic in 2018?

The FIA Karting World and European Champion in OK was something incredible. Of course, I thought I could do the best in this category. For the previous two years, I was team manager at CRG when Pedro Hilbrand became World Champion, then I held the same position at Zanardi when Danny Keirle took the world crown. I am also fortunate to have a strong partnership with the IAME factory, which provides me with high performance engines.

Is the goal now to win as much in other categories?

The teams that race with our chassis have allowed us to win many victories in the Mini categories and in the brand challenges. We also have had great satisfaction in OK-Junior and KZ2. In 2018, Rick Dreezen became FIA Karting World Vice-Champion in KZ with a KR-IAME package. This is encouraging because the engine is still under development. The Pex brothers now use our chassis, so it will be interesting to see how the rest of their season will unfold, using TM Racing engines.

Kart Republic is currently a large team. You have also formed partnerships with other entities. Can you talk about it?

Thomas Braumüller's TB Racing Team was among the first to trust us and he managed to take Hannes Janker to the title of European Champion in OK in 2018. Hannes also finished as Vice World Champion. Last year, Nico Rosberg wanted to get involved in karting and he turned to me to take care of the technical part of the Rosberg Racing Academy. Together, we put Lorenzo Travisanutto on the road to the world title.

Since the start of the season, Sauber Racing Team has wanted to be present at all stages of motorsport, from Karting to F1. We are in charge of the two karting drivers, Dexter Patterson and Joshua Dufek.  Rickard Kaell, who has been working with me for a number of years, manages this pair. As another team involved in both karting and cars, there is CV Performance Group, which runs Lorenzo Travisanutto in 2019, with several victories already!  The KR brand can also count on other private teams.  It's true that all of this is a lot of responsibility. The day-to-day management remains difficult, but it's also very exciting.

What is the strength of KR today?

Apart from the equipment, I can count on excellent technicians, whom I trust, because we have known each other for many years. Some have been there since I launched the DC-one brand in 2003. At that time, I had not managed to build enough structure to work in the long term. From now on, everything has changed! This is proof that the human factor is of great importance at all levels. We must manage very young drivers, but also their supporters, as parameters to take into account. Today, I have more time to think about technical and strategic choices.  We have about 45 people working with our drivers.  Each of them spends more time at a track than with their own family!

Very often your drivers manage to make a difference compared to the competition. What is your recipe?

First of all, it is essential to have a chassis that can come straight from the assembly line and be effey in all conditions, with as many different tyres as possible and with settings close to those recommended as standard by the manufacturer. This objective implies perfect tube quality and adapted parts: seat, stub axles, rear axle, etc. In this way, it's possible to concentrate on the details, knowing that the most important thing during a race is the use of the tyres and the choice of their pressures. Making them work at the right temperature is crucial.

In the end, is the role of the driver still important?

Of course, I even think it's essential to win. In OK or Junior for example, at least 80% of the finalists have the equipment to win. Only the best manage to reach the podium. 

********

Interview : Dino Chiesa - “Dans un team, le facteur humain est primordial”

Né en 1967, Dino Chiesa est l’un des team managers les plus respectés et les plus emblématiques du paddock. Dans sa carrière entamée comme pilote en 1980, puis rapidement comme technicien à partir de 1984, il a accompagné les parcours victorieux en karting de pilotes comme Alessandro Zanardi, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Nyck De Vries, Lance Stroll et bien d’autres. Il a atteint encore une nouvelle dimension en se mettant à gagner avec sa propre marque de châssis : KR. Cette nouvelle machine à champions et à succès, il la doit aussi à tous les hommes qui l’entourent tout au long de la saison et qui lui sont fidèles depuis longtemps déjà.

Vous avez attaqué une deuxième année avec Kart Republic et les châssis KR, qui ont été homologués CIK-FIA au 1er janvier 2018. Quel premier bilan tirez-vous de ce début d’aventure ?

Honnêtement, je suis très content, la situation actuelle dépasse mes prévisions les plus optimistes. Créer un team avec ma propre marque de châssis était un projet que j’avais dans la tête depuis quelques temps déjà. Depuis l’année passée, c’est devenu réalité et je ne le regrette pas.

Vous attendiez-vous à de tels résultats dès la première saison de Kart Republic en 2018 ?

Champion du Monde et d’Europe FIA Karting en OK, ce fut quelque chose d’incroyable. Bien sûr, c’est dans cette catégorie que je pensais réussir le mieux. Car les deux précédentes années, j’étais team manager chez CRG lorsque Pedro Hilbrand est devenu Champion du Monde, puis j’occupais ce même poste chez Zanardi, au moment où Danny Keirle a coiffé à son tour la couronne mondiale. J’ai aussi la chance de disposer d’un partenariat fort avec l’usine IAME, qui me fournit des moteurs très performants.

L’objectif est-il désormais de gagner autant dans d’autres catégories ?

Les teams qui roulent avec notre châssis nous ont permis de remporter de nombreuses victoires dans les catégories Mini et dans les challenges de marque. Nous avons également de grandes satisfactions en OK-Junior et en KZ2. En 2018, Rick Dreezen est devenu vice-Champion du Monde FIA Karting de KZ avec un ensemble KR-IAME. C’est encourageant car le moteur est encore en cours de développement. Les deux frères Pex utilisent désormais notre châssis, ce sera intéressant de voir comment la suite de leur saison va se dérouler, sachant qu’ils utilisent quant à eux des moteurs TM Racing.

L’effectif du team Kart Republic est actuellement très important. Vous avez aussi noué des partenariats avec d’autres entités. Pouvez-vous en parler ?

Le TB Racing Team de Thomas Braumüller a été parmi les premiers à nous faire confiance et il a su mener Hannes Janker au titre de Champion d’Europe OK en 2018. Hannes a également terminé vice-Champion du Monde. L’an passé, Nico Rosberg a souhaité s’impliquer dans le karting et il s’est tourné vers moi pour m’occuper de la partie technique de la Rosberg Racing Academy. Ensemble, nous avons mis Lorenzo Travisanutto sur la route du titre mondial.

Depuis cette saison, Sauber Racing Team a souhaité être présent à tous les étages du sport automobile, du Karting à la F1. Nous avons en charge les deux pilotes sélectionnés en karting, Dexter Patterson et Joshua Dufek. C’est Rickard Kaell, qui travaille avec moi depuis plusieurs années, qui manage ce duo. Comme autre équipe impliquée à la fois en Karting et en automobile, il y a CV Performance Group, qui a engagé Lorenzo Travisanutto en 2019, avec déjà plusieurs victoires ! La marque KR peut aussi compter sur d’autres teams privés. C’est vrai que tout cela, c’est beaucoup de responsabilités. La gestion au quotidien reste difficile, mais c’est aussi très excitant.

Qu’est-ce qui fait la force de KR aujourd’hui ?

En dehors du matériel, je peux compter sur des techniciens de grande valeur, en qui j’ai toute confiance, car nous nous connaissons depuis de longues années. Certains étaient déjà là lorsque j’ai lancé la marque DC-one en 2003. A cette époque, je n’avais pas réussi à me structurer de manière suffisamment importante pour travailler sur le long terme. Désormais, tout a changé ! C’est une preuve que le facteur humain a une grande importance à tous les niveaux. Nous devons gérer de très jeunes pilotes, mais aussi leur entourage, ce sont des paramètres à prendre en compte. Aujourd’hui, j’ai davantage de temps pour réfléchir aux choix techniques et stratégiques. Nous sommes environ 45 personnes à travailler autour de nos pilotes. Chacune d’elles passe plus de temps sur une piste que dans sa propre famille !

Très souvent, vos pilotes parviennent à faire la différence face à la concurrence. Quelle est votre recette ?

Tout d’abord, il est primordial d’avoir un châssis capable de sortir directement de la chaîne de montage et d’être performant dans toutes les conditions, avec le plus grand nombre de pneus possibles et avec des réglages proches de ceux préconisés de manière standard par le constructeur. Cet objectif sous-entend une qualité de tube parfaite et des pièces adaptées: siège, fusées, axe arrière, etc. De cette manière, on peut se concentrer sur les détails, sachant que le plus important lors d’une course est l’exploitation des pneumatiques et le choix de leur pression. Les faire travailler à la bonne température est capital.

A la finalité, le rôle du pilote reste-t-il important ?

Bien sûr, je pense même que c’est une priorité pour gagner. En OK ou en Junior par exemple, au minimum 80% des finalistes disposent d’un matériel pour gagner. Seuls les meilleurs parviennent à atteindre le podium.

© Photo FIA Karting / KSP