Interview from Kristianstad with Felipe Massa, President of the CIK-FIA

27.09.2018

CIK-FIA President Felipe Massa wanted to be in attendance in Sweden for the last big sporting event of the 2018 season, the FIA Karting World Championship - OK and Junior held in Kristianstad from 20th to 23rd September. With his great appreciation of competition, he enjoyed the extremely high standard of racing and was pleased with the increase in the number of participants.

Mr President, first of all can you briefly summarise your first year at the head of the CIK-FIA?

- I recognise that it is not easy to master every aspect of karting quickly. I observe, I listen, I discuss, in order to grasp all the subtleties of this discipline. I must say that my mission is primarily to develop karting globally. I'm here to give back all I can to karting, which is the essential basis of motorsport. I am determined to make things happen, even if it is sometimes uncomfortable, provided attitudes evolve and karting progresses. Of course, I cannot do it alone. I need strong support in the industry, but I hope to reach my goal to give karting the place it deserves in motorsport.

What will you remember from the latest FIA Karting World Championships from a sporting point of view?

- In Sweden, the numbers were particularly high in both OK and Junior. 215 Drivers for a World Championships with two categories is a positive indicator of the health of the sport. The standard of Competition is extremely high and the Drivers have a lot of talent. The races were difficult because of alternating between a dry and wet track. It is not surprising that contacts occurred and penalties were imposed, particularly with respect to front fairings. The Stewards are there to ensure compliance with the rules, even though it is not always easy. The installation of detachable front fairings is, in my opinion, a very good measure to make sure Drivers get used to behaving properly from an early age.

What do you think about the current Race format?

- A World Championship awarded at the end of a single Final offers a spectacle of rare intensity. However, I wonder if good fortune does not play too important a role in the designation of the best Driver of the year. A simple technical incident or a mediocre race can ruin the chances of very talented Drivers. I think it would be more accurate to compete for the World Championship over four or five Competitions to limit the consequences of racing problems and crown the best with more certainty.

On the other hand, we should visit several continents as part of the World Competition to promote karting and international CIK-FIA categories in a wider area than Europe. For example America, Asia and the Middle East deserve to host a World Championship event. For factories, this would also diversify markets and increase production. It's not about increasing expenses by traveling a long way. We need to find ways to promote karting and increase the budget for this global project by partnering with countries and sponsors.

It's not something that can be put in place overnight, but that does not stop us from thinking about and working on the subject. I am convinced that there are new ways to explore and solutions to find. The world is changing and we need to develop a new approach to growing karting in more countries. 

***********

Entretien à Kristianstad avec Felipe Massa, Président de la CIK-FIA

Le Président de la CIK-FIA, Felipe Massa, a tenu à être présent en Suède pour le dernier grand rendez-vous sportif de la saison 2018, le Championnat du Monde FIA Karting – OK et Junior organisé à Kristianstad du 20 au 23 septembre. En grand connaisseur du milieu de la compétition, il a apprécié le niveau extrêmement relevé des courses et s’est réjoui de l’augmentation du nombre de participants. 

M. le Président, pouvez-vous tout d’abord dresser un rapide bilan de votre première année à la tête de la CIK-FIA ?

- Je reconnais que ce n’est pas simple de maîtriser rapidement tous les aspects du karting. J’observe, j’écoute, je discute afin de saisir toutes les subtilités de cette discipline. Je dois préciser que ma mission est avant tout de développer le karting de manière globale. Je suis là pour donner en retour tout ce que je peux au karting qui est la base indispensable du sport automobile. Je suis déterminé à faire bouger les choses, quitte à être parfois intransigeant pourvu que les mentalités évoluent et que le karting progresse. Je ne pourrais bien sûr pas y parvenir seul. J’ai besoin d’appuis solides dans le milieu, mais j’espère bien atteindre mon but pour donner au karting la place qu’il mérite dans le sport automobile.

Qu’avez-vous retenu des derniers Championnats du Monde FIA Karting sur le plan sportif ?  

- En Suède, les effectifs étaient particulièrement élevés en OK comme en Junior. 215 Pilotes pour un Mondial avec deux catégories, c’est un indicateur positif de la bonne santé de ce sport. Le niveau de Compétition est extrêmement élevé et les Pilotes ont beaucoup de talent. Les Courses ont pourtant été difficiles à cause de l’alternance entre piste sèche et piste mouillée. Il n’est pas étonnant que des contacts se soient produits et que des pénalités aient été infligées, notamment en ce qui concerne les carénages avant. Les Commissaires Sportifs sont là pour veiller au respect des règles, même si ce n’est pas toujours aisé. La mise en place des carénages avant détachables est selon moi une très bonne mesure pour habituer les pilotes dès le plus jeune âge à se comporter correctement.

Que pensez-vous du format de Course actuel ?

- Un titre de Champion du Monde décerné au terme d’une finale unique offre un spectacle d’une rare intensité. Cependant, je me demande si la bonne fortune ne joue pas un rôle trop important dans la désignation du meilleur pilote de l’année. Un simple incident technique ou un banal fait de Course peuvent ruiner les chances de Pilotes très talentueux. Je pense qu’il serait plus juste de disputer le Championnat du Monde sur quatre ou cinq Compétitions pour limiter les conséquences des aléas de la Course et couronner avec davantage de certitudes le meilleur.

D’autre part, nous devrions visiter plusieurs continents dans le cadre de la Compétition mondiale afin de faire la promotion du karting et des catégories internationales CIK-FIA dans une zone plus large que l’Europe. Par exemple l’Amérique, l’Asie, le Moyen-Orient méritent de recevoir une épreuve du Championnat du Monde. Pour les usines, cela permettrait en outre de diversifier les marchés et d’augmenter la production. Il ne s’agit pas d’augmenter les dépenses en effectuant des déplacements lointains. Nous devons trouver des solutions pour augmenter la promotion du karting et dégager des budgets pour ce projet d’envergure mondiale en nouant des partenariats avec des pays et des sponsors. 

Ce n’est pas une chose qui peut être mise en place du jour au lendemain, mais cela ne nous empêche pas de réfléchir et de travailler sur le sujet. Je suis persuadé qu’il y a de nouvelles voies à explorer et des solutions à trouver. Le monde change et nous devons développer une nouvelle approche pour faire grandir le karting dans davantage de pays.

© Photo CIK-FIA KSP