Interview with Enzo Joulié "This OK-Junior experience will make me stronger"

26.09.2018

Enzo Joulié (14 years old) is one of those young drivers attracted by the international CIK-FIA categories like OK-Junior, and why not the OK in the future? The Frenchman has constantly progressed to the forefront in his country in Minikart then in Minime, before continuing his career in a brand challenge. During the last round of the 2018 European Championship on the circuit of Aunay les Bois, he took advantage of the opportunity to enter, thanks to the system of wild cards, and to dive into the world of OK-Junior at the wheel of a KR-Parilla. He did not regret it!

Enzo, how old were you at your Karting debut?

Like many other drivers, my father raced before me in Karting and he quickly put me in a kart, from the age of six years. In France, the Minikart category makes it possible to start very early and I soon participated in various competitions. My first seasons were excellent. I finished 3rd in the French Cup in Minikart, before becoming French Champion in Minime in 2016, at the age of 12 years. A great memory! From this moment I wanted to obtain a Junior license to race at a higher level.

Why did you participate in the French Kart Grand Prix at Aunay les Bois in Junior?

Since 2017, I have raced in a monobrand challenge, with encouraging results. Of course, the CIK-FIA Competitions are also very attractive because the standard is even higher. To race in the framework of the European Championship remained very motivating and the opportunity arrived this year. The CBK team, for which I race, teamed up with my father to create KR France and import the chassis of the same name. For the French Kart Grand Prix, a place in the KR Motorsport team was available and Dino Chiesa, its manager, told us about it. It was definitely a proposal not to be missed!

What did you think about OK-Junior equipment?

It really was a very pleasant experience. Compared to what I know, the engine offers a lot of feeling, especially the acceleration through its direct transmission, without a clutch, which allows you to feel the power of the engine. I really liked the tyres, with a very high level of grip. Under braking as well as in fast curves, it really pushes the limits. The cornering speed, especially at the end of the straight at Aunay les Bois, was intense. What fun! Of course, it is not always easy to make the most of this type of CIK-FIA homologated tyres when you are still learning, but it was still a very good experience. I am sure I left this Competition stronger than when I arrived.

How did the Competition go?

With 67 drivers at the start, I expected it to be difficult ... and it was! Even though I had already had the opportunity to race at Aunay les Bois, many drivers know the category very well. In addition, the battles on the track are intense and incessant. We must constantly stay focused not to lose places and try to move forward. I had no idea that I was going to have a hard time being one of the finalists. Nevertheless, I think I have managed some very good runs, while achieving very encouraging times. In any case, I do not regret my trip and my discovery of the OK-Junior category, which was possible thanks to the CIK-FIA wild card system.

What did you think of your integration into a large international team and the famous Dino Chiesa as team manager?

It is an honour to have raced with him. He knows what he is talking about and the equipment he has developed is very powerful. Being part of such a team is different from what I knew. The technical team works with data acquisition a lot and it is important for a driver to be able to describe what he feels to improve the set-up of the chassis and the engine. You have to get involved and be able to analyse your equipment. At first it's not easy and it's at this level that more experienced drivers make the difference. In my team, I admit that it was interesting to have been able to face drivers who have raced in OK-Junior since the beginning of the season.

How do you see your future? Would you be tempted to switch to OK?

It's really something that interests me. The equipment looks very competitive, very effective ... But at this point, nothing is decided yet. Participating in the 2019 European and World Championships would be exciting, but we will give ourselves time to think.

**************

Entretien avec Enzo Joulié “ Cette expérience du OK-Junior va me rendre plus fort”

Enzo Joulié (14 ans) fait partie de ces jeunes pilotes attirés par les catégories internationales CIK-FIA comme le OK-Junior, et pourquoi pas le OK à l’avenir? Le Français a constamment évolué aux avant-postes dans son pays en Minikart puis en Minime, avant de poursuivre sa carrière dans un challenge de marque. Lors de la dernière épreuve du Championnat d’Europe 2018 sur le circuit d’Aunay les Bois, il a mis à profit la possibilité de s’inscrire grâce au système des wild cards pour plonger dans l’univers du OK-Junior au volant d’un KR-Parilla. Il ne l’a pas regretté !

Enzo, à quand remontent tes débuts en Karting?

Comme beaucoup d’autres pilotes, mon père a couru avant moi en Karting et il m’a très vite mis dans un châssis, dès l’âge de 6 ans. En France, la catégorie Minikart permet de débuter très tôt et j’ai rapidement participé à diverses compétitions. Mes premières saisons ont été excellentes. J’ai terminé 3e de la Coupe de France en Minikart, avant de devenir Champion de France Minime en 2016, à l’âge de 12 ans. Un super souvenir ! C’est à partir de ce moment que j’ai eu envie de prendre une licence Junior pour découvrir un niveau plus élevé.

Pourquoi avoir participé au Kart Grand Prix de France à Aunay les Bois en Junior?

Depuis 2017, j’ai tenté l’aventure dans un challenge mono-marque, avec des résultats plutôt encourageants. Bien sûr, les Compétitions de la CIK-FIA sont également très attirantes, car le niveau y est encore plus relevé. Débuter dans le cadre du Championnat d’Europe restait quelque chose de très motivant et l’opportunité est arrivée cette année. Le team CBK, pour lequel je roule, s’est associé avec mon père pour créer KR France et importer les châssis du même nom. Pour le Kart Grand Prix de France, une place dans le team KR Motorsport était disponible et Dino Chiesa, son responsable, nous en a parlé. C’était assurément une proposition à ne pas manquer !

Qu’as-tu pensé du matériel OK-Junior?

Ce fut vraiment une très belle découverte. Par rapport à ce que je connais, le moteur offre beaucoup de sensations, spécialement à l’accélération grâce à sa transmission directe, sans embrayage, qui permet de bien ressentir la puissance du moteur. J’ai beaucoup aimé les pneumatiques, avec un niveau de grip très élevé. Au freinage comme dans les courbes rapides, cela permet vraiment de repousser les limites. La vitesse de passage en courbe, spécialement au bout de la ligne droite d’Aunay les Bois, c’était vraiment intense. Que du bonheur ! Bien sûr, ce n’est pas toujours facile à exploiter lorsque l’on découvre ce type de gommes homologuées CIK-FIA, mais ce fut aussi une très bonne expérience. Je suis persuadé d’être reparti de cette compétition plus fort qu’en arrivant.

Comment s’est passé cette Compétition?

Avec 67 pilotes au départ, je m’attendais à ce que cela soit difficile… et ce le fut ! Même si j’avais déjà eu l’occasion de venir courir à Aunay les Bois, beaucoup de pilotes connaissent très bien la catégorie. De plus, les duels sur la piste sont intenses et incessants. Il faut constamment rester concentré pour ne pas perdre de places et essayer d’en gager. Je ne me doutais que j’allais avoir du mal à faire partie des finalistes. Malgré tout, je pense avoir réussi quelques très bonnes manches, tout en réalisant des temps très encourageants. Dans tous les cas, je ne regrette pas mon déplacement et la découverte du OK-Junior, laquelle a été possible grâce au système de wild card de la CIK-FIA.

Qu’as-tu pensé de ton intégration dans une grande structure internationale et du fait de bénéficier du célèbre Dino Chiesa comme team manager?

C’est un honneur d’avoir évolué à ses côtés. Il sait de quoi il parle et le matériel qu’il a développé est très performant . Faire partie d’un tel team, c’est différent de ce que je connaissais. L’équipe technique travaille beaucoup avec les acquisitions de données et il est important pour un pilote de parvenir à décrire au mieux ce qu’il ressent pour améliorer le set-up du châssis et du moteur. Il faut s’impliquer et être capable d’analyser ton matériel. Au début, ce n’est pas évident et c’est à ce niveau que des pilotes plus expérimentés font la différence. Dans mon équipe, j’avoue que c’était intéressant d’avoir pu me confronter à des pilotes qui roulent en OK-Junior depuis le début de la saison.

Comment vois-tu ton avenir ? Serais-tu tenté par le passage en OK?

C’est vraiment quelque chose qui m’intéresse. Le matériel a l’air vraiment très compétitif, très efficace… Mais à ce stade, rien n’est encore décidé. Participer aux Championnats d’Europe et du Monde 2019 serait quelque chose d’excitant, mais on va se laisser le temps de réfléchir.

© Photo CIK-FIA / KSP