Jos Verstappen, the father of the complete Champion

10.02.2014

For the Verstappens competition is in the blood. The double European Champion in 1989, Jos had successes in cars before racing in 107 Grand Prix in Formula 1. In 2008, he won in endurance racing, the Le Mans Series and the 24 Hours of Le Mans in LMP2. The adventure he has had accompanying the brilliant career of his son Max in karting has been out of the ordinary.

"It all started when Max was four years old," says Jos Verstappen. "We always talked about competition at home. I was often at races and I remember he insisted often that he wanted to race karts. I've never forced him, rather I yielded to his urgent request! I'm glad he had that desire, but I really invested in his career when I realized he was gifted. Otherwise, we would have just participated in national races for fun. Today I must admit that Max's wins give me more satisfaction than my own and I am very proud that he succeeds more than me!

"At the beginning of a driver's career, it is important that they are shown the right direction. It is good that I could help Max with this through my experience and it has benefited him so far. 2013 has been a fantastic season, we cannot ask for more! I am occupied a lot with karting. For race strategy selection, and advice, I have always participated in the development of his equipment and I prepared his KZ engines. I have also been the taxi lately! It must be different for parents who are not as involved in the racing, but it has been an extraordinary time with my son, believe me!

"It is often said that Max was traveling a lot for testing and that is why he was in front. This is not reality. He could test once or twice a week, or just as likely wait three weeks before going on a circuit. The question is whether he feels good with his equipment. We do more testing early in the season to prepare for everything, but then we have to find the right balance. I think it is not good to drive too much.

"I would of course like to see him in cars next year. I would keep an eye on Max's career, but it is now up to him to do the work! I may stay in karting to take care of a driver, provided there is a good talent to develop. Aiming for victory is all that interests me."

*********

Jos Verstappen, un père de Champion comblé

Chez les Verstappen, on a la compétition dans le sang. Double Champion d'Europe de karting en 1989, Jos a remporté des beaux succès en monoplace avant de disputer 107 Grand Prix en Formule 1. En 2008, il a obtenu des victoires en Endurance, Le Mans Series et 24 Heures du Mans, en LMP2. L'aventure qu'il a vécu en accompagnant la brillante carrière karting de son fils Max sort de l'ordinaire. 

« Tout a commencé quand Max avait 4 ans. » raconte Jos Verstappen. « On parlait toujours de compétition à la maison. J'étais très souvent sur des courses et je me souviens qu'il insistait de plus en plus pour rouler en kart. Je ne l'ai jamais forcé, j'ai plutôt cédé à sa demande pressante ! J'étais content qu'il manifeste ce désir, mais je ne me suis vraiment investi dans sa carrière que lorsque j'ai réalisé qu'il était doué. Sinon, nous aurions juste participé à des courses nationales pour le plaisir.  Aujourd'hui je dois reconnaître que les victoires de Max me procurent davantage de satisfaction que les miennes et je suis très fier qu'il réussisse mieux que moi !

Au début de la carrière d'un pilote, il est important que l'on vous indique la bonne direction. C'est sûr que j'ai pu aider Max sur ce point grâce à mon expérience et qu'il en a tiré profit jusqu'à maintenant. 2013 a été une saison vraiment fantastique, on ne peut pas demander plus ! Je me suis beaucoup occupé de lui en karting. Pour les choix stratégiques, bien sûr, et les conseils, j'ai toujours participé à la mise au point de son matériel et j'ai assuré la préparation de ses moteurs KZ. J'ai aussi beaucoup fait le taxi ces derniers temps ! Ce doit être différent pour les parents qui ne sont pas aussi impliqués dans la course, mais c'était une période extraordinaire à vivre avec son fils, croyez-moi ! 

On a souvent dit que Max roulait beaucoup en entrainement et que c'est pour cela qu'il était devant. Ce n'est pas la réalité. Il pouvait rouler une ou deux fois par semaine, tout comme rester 3 semaines sans aller sur un circuit. La question est de se sentir bien avec son matériel. On fait davantage de tests en début de saison pour tout préparer, mais ensuite il faut trouver le bon équilibre. Je pense qu'il n'est pas bon de trop rouler. 

Je serais bien sûr moins présent l'an prochain en monoplace. Je garderais un œil sur la carrière de Max, mais c'est maintenant à lui de faire le travail ! Je resterais peut-être dans le milieu karting pour m'occuper d'un pilote, à condition qu'il y ait un bon talent à développer. Viser la victoire, c'est tout ce qui m'intéresse. »