Mick Panigada "Winning with a young person we have developed is the most amazing reward"

14.09.2018

Responsible for the factory and the Energy Corse racing team, Mick Panigada is a master in training young Drivers. Since its creation, his team has forged an enviable track record from Junior to KZ, in the major CIK-FIA Championships. The European KZ1 Championship won by Paolo De Conto remains one of their main achievements, but Energy Corse has also contributed to the emergence of great hopefuls like Dorian Boccolacci.

Can you remind us of your journey as a Driver, before going to the other side of the fence?

Originally, my family did not want me to go karting. But one day, I had the opportunity to try one through a friend of my father. He had a minikart and said to me one day laughing: "I signed you up for a race. If you win, you can keep the Kart! And I won. I was eight years old ! That's how we started. I started with regional and national races, before starting off in international Competitions in Junior, Intercontinental A, Formula A and even Formula Super A. I had the opportunity to race for Tony Kart, before joining the Top Kart team. I have a lot of great memories, like the European ICA Vice Championship in Sweden in 1994. I thought I could win, but I lost some pressure in a tyre at the end of the Final and I wasn't able to attack the leader.

How were the Energy Corse brand and team born?

The project started in 1997 with two people I met while driving for Top Kart: Jan Bussel and Jon Targett. We quickly developed a network around the world and won races. A few years later, we had a difficult time. But in Karting, you always have to fight, manage the adrenaline of competition in a positive way and never give up. I decided to reorganise the company and Energy Corse went back in the right direction. At the beginning of the 2000s, we enjoyed a strong reputation thanks to our success in Intercontinental C. We lost the European Championship by a small margin in 2003 with Massimiliano Colombo, but we won next year with Ricardo Van der Ende, before winning it several times thereafter. From then on, Energy Corse was very much on track and we have won many Competitions to date.

How does one go from being an international Karting Driver to being responsible for one of the most respected teams in the paddock?

Above all, you need a good dose of passion. After that, everything was done little by little, in stages, with successes, as well as disillusionment. I never said to myself: "Well, tomorrow, you will start a team that will become World Champion." First of all I tried to do things in a serious and professional way, while constantly seeking the highest possible level of performance, with the best engine manufacturers. Everything was put in place as needed. Victories and titles came successively. Energy Corse has won many European Championships in ICC, KZ2, KZ1, KF and Junior, the KZ2 International Super Cup, and repeated titles in National Championships, Brand Challenges and International Series. Only the World Championship has eluded us!

Energy Corse is also famous for training young Drivers, isn't  it?

Yes, this is the source of our greatest pride! Seeing our former Drivers progress at the highest level of motorsport, or become an factory Driver in other teams is also what we are looking for. This success can be explained for several reasons. In addition to the special atmosphere in our awning, we have put in place a rigorous team on the technical level, very competitive equipment, while paying a lot of attention to Driver coaching. You have to know that a youngster coming from his national championship and wishing to participate in international Competitions has a lot to learn. You have to be behind him to guide him and teach him everything a champion has to master to get on the podium. For me, getting an excellent result with an inexperienced Driver is as rewarding as winning with a safe bet. In the end, the best reward is when a Driver comes to say "thank you", while racing in F2, LMP2 or GT, as happened to me recently.

What about the partnerships that have been set up between Energy Corse and car racing?

The international Karting world and cars have become very professional and it is important to create bridges between these two disciplines. One of our roles is to find the best Drivers and put them in touch with influential people. For example, Dorian Boccolacci wore the Lotus colours at Energy following contact with Gwenaël Lagrue. This season, Andrea Kimi Antonelli, who drives for our team in Mini, has been spotted by Mercedes as part of its programme for young Drivers. Today, the next generation arrives, with Alex Powell, who is advised by Mike Wilson, six-time World Karting Champion, and Simone Sorio, who has assisted many talented Drivers. At this level, our team manager Luigina Guerrini also performs a valuable job in coaching these Drivers.

Is not it frustrating to see Drivers change teams just when they are ready to fight at the front?

Yes, of course! In the past, it was common to keep Drivers in your team for many years and reap the rewards of your efforts. This was the case with Dennis Olsen, Joel Johansson, Nicolaj Moller-Madsen, Simas Juodvirsis, Sami Luka, Paolo De Conto and Dorian Boccolacci, who trusted us for several years. With Paolo for example, we built something incredible, which led us to the European KZ1 Championship in front of all major teams: Tony Kart, CRG, Sodi and Birel ART! Today, everything must happen quickly, the Drivers and their supporters are impatient. But you cannot become a champion in a month. Seeing the Drivers leave early for single-seaters complicates the situation. Currently, Energy Corse needs to invest in the long term, being very present in the categories for young people, from Mini onwards. I hope that this policy will be fruitful in the coming years... 

**********

Mick Panigada“Gagner avec un jeune que nous avons formé est la plus belle des récompenses”

Responsable de l’usine et du team compétition Energy Corse, Mick Panigada est passé maître dans la formation des jeunes pilotes. Depuis sa création, son équipe s’est forgée un palmarès très enviable du Junior au KZ, dans les grands championnats de la CIK-FIA. Le titre de Champion d’Europe KZ1 obtenu par Paolo De Conto reste l’un de ses principaux faits de gloire, mais Energy Corse a également contribué à l’éclosion de grands espoirs comme Dorian Boccolacci.

Pouvez-vous nous rappeler votre parcours en tant que pilote, avant de passer de l’autre côté de la barrière?

A l’origine, ma famille ne voulait pas que je cours en karting. Mais un jour, j’ai eu l’occasion d’en essayer un par le biais d’un ami de mon père. Il avait un Mini-Kart et m’a dit un jour en rigolant: “je t’ai inscris à une course. Si tu gagnes, tu peux garder le kart !” Et j’ai gagné. J’avais 8 ans ! C’est comme cela que l’on a mis le doigt dans l’engrenage. J’ai commencé par des courses régionales, puis nationales, avant de découvrir les compétitions internationales en Junior, Intercontinental A, Formule A et même Formule Super A. J’ai eu l’occasion de courir pour Tony Kart, avant d’intégrer le team Top Kart. J’ai beaucoup d’excellents souvenirs, comme le titre de vice Champion d’Europe ICA en Suède en 1994. Je pense que je pouvais gagner, mais j’ai perdu de la pression dans un pneumatique en fin de finale et je n’ai pas été en mesure d’attaquer le leader.

Comment sont nés la marque et le team Energy Corse?

Le projet a été lancé en 1997 avec deux personnes que j’ai rencontrées lorsque je roulais pour Top Kart: Jan Bussel et Jon Targett. Nous avons rapidement développé un réseau dans le monde entier et gagné des courses. Quelques années plus tard, nous avons connu une période difficile. Mais en karting, il faut toujours se battre, gérer l’adrénaline de la compétition de manière positive et ne jamais abandonner. J’ai décidé de réorganiser la société et Energy Corse est reparti dans la bonne direction. Au début des années 2000, nous avons bénéficié d’une forte notoriété grâce à nos succès en Intercontinental C. Nous avons perdu le titre de Champion d’Europe d’un petit point en 2003 avec Massimiliano Colombo, mais nous l’avons remporté l’année suivante avec Ricardo Van der Ende, avant de le gagner à plusieurs reprises par la suite. Dès lors, Energy Corse était vraiment sur de bons rails et nous avons remporté beaucoup de compétitions jusqu’à aujourd’hui.

Comment fait-on pour passer du statut de pilote international de karting à celui de responsable d’un team parmi les plus respecté dans le paddock?

Avant tout, il faut une bonne dose de passion. Puis, tout s’est fait petit à petit, par étapes, au fil des succès, mais aussi des désillusions. Jamais je me suis dit: “Bon, demain, tu vas lancer un team qui va devenir Champion du Monde.” J’ai d’abord cherché à faire les choses de manière sérieuse et professionnelle, tout en recherchant constamment le niveau de performance le plus élevé possible, avec les meilleurs motoristes. Tout s’est mis en place au fur et à mesure. Les victoires régulières et les titres se sont enchaînés. Energy Corse a gagné de nombreux Championnats d’Europe en ICC, KZ2, KZ1, KF, Junior, une Super Coupe Internationale de KZ2, ainsi que des titres à répétition dans les Championnats nationaux, les challenges de marques et les grandes séries internationales. Seul le titre de Champion du Monde s’est refusé à nous !

Energy Corse est aussi réputé pour la formation des jeunes pilotes, n’est-ce pas?

Oui et c’est l’une de nos grandes fiertés ! Voir nos anciens pilotes évoluer au plus haut niveau du sport automobile ou être devenu pilote officiel dans d’autres teams, c’est aussi ce que nous recherchons. Cette réussite s’explique pour plusieurs raisons. Outre l’atmosphère particulière qui règne sous notre structure, nous avons mis en place une équipe très rigoureuse sur le plan technique, un matériel vraiment compétitif, tout en prêtant une forte attention à l’encadrement du pilote. Il faut savoir qu’un jeune qui arrive de son championnat national et qui souhaite participer à des compétitions internationales a beaucoup de choses à apprendre. Il faut être derrière lui pour le guider et lui inculquer tout ce qu’un champion doit maîtriser pour pouvoir monter sur un podium. Pour moi, décrocher un excellent résultat avec un pilote peu expérimenté est aussi valorisant que de gagner avec une valeur sûre. Au final, la plus belle des récompenses, c’est lorsqu’un pilote vient te dire “merci”, alors qu’il court en F2, LMP2 ou GT, comme cela m’est arrivé dernièrement.

Qu’en est-il des partenariats qui se sont mis en place entre Energy Corse et l’automobile?

Le milieu du karting international et la monoplace sont devenus très professionnels et il est important de créer des passerelles entre ces deux disciplines. L’un de nos rôles consiste à détecter les meilleurs pilotes et à les mettre en relation avec des personnalités influentes. Par exemple, Dorian Boccolacci a porté les couleurs Lotus chez Energy suite aux contacts pris avec Gwenaël Lagrue. Cette saison, Andrea Kimi Antonelli, qui roule dans notre team en Mini, a été repéré par Mercedes dans le cadre de son programme pour les jeunes pilotes. Aujourd’hui, la relève arrive, avec Alex Powell, qui bénéficie des conseils de Mike Wilson, six fois Champion du Monde de Karting, et de Simone Sorio, qui a assuré l’assistance de nombreux pilotes de talent. A ce niveau, notre team manager Luigina Guerrini effectue également un travail précieux dans l’encadrement de ces pilotes.

N’est-ce pas frustrant de voir les pilotes changer d’équipe juste au moment où ils sont prêts à se battre aux avant-postes?

Si, bien sûr ! Par le passé, il était fréquent de garder les pilotes plusieurs années dans ton équipe et de récolter le fruit de tes efforts. Ce fut le cas avec Dennis Olsen, Joel Johansson, Nicolaj Moller-Madsen, Simas Juodvirsis, Sami Luka, Paolo De Conto ou Dorian Boccolacci, qui nous ont fait confiance durant plusieurs années. Avec Paolo par exemple, nous avons construit quelque chose d’incroyable, qui nous a conduit au titre de Champion d’Europe KZ1 devant toutes les grandes équipes: Tony Kart, CRG, Sodi ou Birel ART ! Aujourd’hui, tout doit aller vite, les pilotes et leurs accompagnateurs sont impatients. Mais on ne devient pas champion en un mois. Le fait de voir les pilotes partir très tôt en monoplace complique la situation. Actuellement, Energy Corse se doit d’investir sur le long terme, en étant très présent dans les catégories pour les jeunes, dès le Mini. J’espère que cette politique sera fructueuse ces prochaines années…

© Photo CIK-FIA/KSP