Olivier Maréchal Team Manager of Kosmic Racing Kart - "Maximising seat time has become very important"

11.05.2018

The Vice European Champion of Intercontinental C - formerly KZ2 - in 1992 as driver, Olivier Maréchal (46) is currently the charismatic team manager of the Kosmic Racing team. His family name has a long history in karting. His father Roland Maréchal was one of the most renowned engine manufacturers for several decades, before creating the Maréchal Motorsport team, which built up a considerable track record. Firstly a member of the technical staff from 1993 onwards, Olivier eventually succeeded his father as head of the Belgian team, until the OTK Group asked him to become head of the Kosmic brand's racing department in 2004. The two entities then merged. Since then, there has been a series of successes, including the KF World Championship in 2015 with Karol Basz and the victory at the KF-Junior World Cup in 2012 with Luca Corberi.

Is it difficult to take responsibility for a team like Kosmic Racing Kart?

- Difficult is not the word, because I like what I do, and today I think I have an excellent experience of the discipline, I know the people around me and their skills. We have significant information on almost all the circuits we frequent, we have strong working bases and we are lucky to have of very high quality equipment at our disposal. After all, no race is like another and you have to know how to gather the right ingredients at the right time to reach your goal. Ensuring the effective management of the team, that is what is more difficult. Finally, you must be prepared to be away from home for long periods of time.

A team like Kosmic Racing has to perform well and win races. Isn't that a lot of pressure?

- In racing, the pressure is constant, but gaining podiums, winning races is our permanent objective. 2018 represents a new chassis homologation period at the CIK-FIA. 

Are you ever worried that a manufacturer will arrive with a major technical evolution, likely to destabilise you?

- This can always happen, but we have seen for years that karting now evolves by very small changes. At the very beginning of the season, due to specific weather conditions, it is difficult to really evaluate new equipment. But the first CIK-FIA European event in Sarno, which was full of lessons, proved that our equipment is still very competitive against the opposition.

Every year you have to attract new drivers, isn't that a constant stress?

- This is one of the missions we must take on to balance our economic model. For this reason, we have to be competitive every season and make our reputation constantly grow. This year, the CIK-FIA has separated the meetings dedicated to the KZ and KZ2 categories from those reserved for OK and OK-Junior. It is therefore important to ensure a harmonious distribution of our workforce. 

This season, it seems that the official Kosmic drivers chosen by the team to advertise the brand are less numerous than last year…

- This is a choice that is made within the OTK group. In KZ, you can count on the Czech Patrik Hajek. In OK, Karol Basz ran under our colours last year, but he chose to devote himself to cars this year. We preferred not to replace it, to devote ourselves even more to our customers. At OTK, other drivers will develop the chassis, that's the main thing.

You have to work with younger drivers than before, isn't that more complicated?

- Not necessarily, because many young people spend a lot of time in the kart and manage to reach an excellent standard much faster than a few years ago. Of course, this requires you to have a certain budget, to devote a large part of your time to karting and therefore to organise yourself to follow your school curriculum in a different way, often by correspondence. Therefore, it is important to have this kind of element in your team, because it is likely that it will end up making the difference compared to a young driver who does not drive enough.

What is the key to a team's success?

- The professionalism of the team and the performance of the equipment are obviously two extremely important points. But in the end, it is the driver who takes all this to victory. Therefore, he remains the strongest link of a team, knowing that not all drivers are equal. There are differences between two young hopefuls. Being fast over a lap is another thing, being able to win a race is another. Once the driver understands his kart, how it works, and how the tyres are managed, it's much easier.

What do you think about the generation of OK engines, compared to the KF?

- In my opinion, everyone appreciates this type of engine. On the one hand the drivers, who benefit from a powerful engine and a lighter kart at the same time, therefore pleasant to drive. On the other hand the teams, thanks to this welcome simplification: no more clutch, no more battery, no more wiring! You are less likely to get stuck on a starting grid and save a lot of time, both in carrying out a complete overhaul and then in installing the engine on the chassis. In addition, the power valve and the identical muffler have limited development and costs, but a lot of positive things have happened lately and need to continue... 

********

Olivier Maréchal Team manager Kosmic Racing Kart - “Maximiser le roulage est devenu très important

”Vice Champion d’Europe d’Intercontinental C – ex KZ2 – en 1992 en tant que Pilote, Olivier Maréchal (46 ans) est actuellement le team manager charismatique du team Kosmic Racing. Son nom de famille possède une longue histoire dans le karting. Son père Roland Maréchal a été l’un des motoristes les plus réputés durant plusieurs décennies, avant de créer le team Maréchal Motorsport, qui s’est forgé un sacré palmarès. D’abord membre du staff technique à partir de 1993, Olivier a fini par assurer la succession de son père à la tête de l’équipe belge, jusqu’à ce que le groupe OTK ne lui demande de devenir responsable du service compétition de la marque Kosmic en 2004. Les deux entités ont alors fusionné. Depuis, les succès se sont enchaînés, dont le titre de Champion du Monde de KF en 2015 avec Karol Basz et la victoire à la Coupe du Monde de KF-Junior en 2012 avec Luca Corberi.

Est-ce difficile d’assumer la responsabilité d’un team comme Kosmic Racing Kart?

- Difficile n’est pas le mot, car j’aime ce que je fais, je pense avoir aujourd’hui une belle expérience de la discipline, je connais les gens qui m’entourent et leurs compétences. On dispose d’informations importantes sur quasiment tous les circuits que nous fréquentons, on possède des bases de travail fortes et on a la chance d’avoir à notre disposition un matériel de très grande qualité. Après, aucune course ne ressemble à une autre et il faut savoir réunir tous les bons ingrédients au bon moment pour atteindre son but. Assurer la bonne gestion du team, c’est ça qui est plus difficile. Enfin, il faut être prêt à s’éloigner de chez soi durant de longues périodes.

Un team comme Kosmic Racing se doit d’être performant et de gagner des courses. N’est-ce pas une trop grande pression?

- En compétition, la pression est constante, mais monter sur des podiums, gagner des courses, c’est notre objectif permanent.

2018 représente une nouvelle période d’homologation de châssis à la CIK-FIA. N’êtes-vous jamais inquiet de voir un constructeur arriver avec une évolution technique majeure, susceptible de vous déstabiliser?

- Cela peut toujours arriver, mais on voit depuis des années que le karting évolue désormais par toutes petites touches. En tout début de saison, en raison des conditions météorologiques spécifiques, il est difficile d’évaluer vraiment les nouveaux matériels. Mais la première épreuve européenne CIK-FIA à Sarno, qui fut riche d’enseignements, nous a prouvé que notre matériel reste toujours très compétitif face à la concurrence.

Chaque année, il faut attirer de nouveaux pilotes, n’est-ce pas un stress permanent?

- Cela fait partie des missions que l’on doit assumer pour équilibrer notre modèle économique. Pour cette raison, on se doit de se montrer compétitif chaque saison et de faire fructifier sans cesse notre notoriété. Cette année, la CIK-FIA a séparé les meetings dédiés aux catégories KZ et KZ2 avec ceux réservés aux OK et OK-Junior. Il est donc important d’assurer une répartition harmonieuse de notre effectif. 

Cette saison, il semble que les Pilotes officiels Kosmic choisis par le team pour faire la publicité de la marque soient moins nombreux que l’an passé…

- C’est un choix qui se fait au sein du groupe OTK. En KZ, on peut compter sur le Tchèque Patrik Hajek. En OK, Karol Basz courait sous nos couleurs l’an passé, mais il a choisi de se tourner vers l’auto cette année. Nous avons préféré ne pas le remplacer, pour nous consacrer davantage à nos clients. Chez OTK, d’autres pilotes vont assurer le développement des châssis, c’est le principal.

Vous êtes amené à travailler avec des Pilotes plus jeunes qu’auparavant, n’est-ce pas plus compliqué?

- Pas forcément, car beaucoup de jeunes roulent énormément et parviennent à atteindre un excellent niveau d’une manière bien plus rapide qu’il y a quelques années. Bien sûr, cela nécessite de disposer d’un certain budget, de consacrer une grande partie de son temps au karting et donc de s’organiser pour suivre ses cours d’école d’une manière différente, par correspondance notamment. Dès lors, il est important d’avoir ce genre d’élément dans ton équipe, car il est vraisemblable qu’il finira par faire la différence par rapport à un jeune Pilote qui ne roule pas suffisamment.

Quelle est la clé de la réussite d’une équipe?

- Le professionnalisme de l’équipe et la performance du matériel sont évidemment deux points extrêmement importants. Mais au final, c’est le Pilote qui mène tout cela à la victoire. Par conséquent, il reste le maillon fort d’une équipe, sachant que tous les Pilotes ne se valent pas. Entre deux jeunes espoirs, il y a des différences. Être rapide sur un tour est une autre chose, être capable de gagner une course en est une autre. Une fois que le Pilote comprend son kart, la manière dont il fonctionne, la façon dont on gère les pneus, c’est beaucoup plus facile.

Que pensez-vous de la génération de moteurs OK, par rapport au KF?

- À mon avis, tout le monde apprécie ce type de motorisation. D’une part les Pilotes, qui profitent à la fois d’un moteur puissant et d’un kart plus léger, donc agréable à piloter. D’autre part les équipes, grâce à cette simplification bienvenue: plus d’embrayage, plus de batterie, plus de câblage ! On risque moins de rester coincé sur une grille de départ et on gagne beaucoup de temps, à la fois pour effectuer une révision complète, puis pour installer le moteur sur le châssis. En outre, la “power valve” et le pot d’échappement identique pour tous ont limité le développement et les coûts. Beaucoup de choses positives sont arrivées ces derniers temps, il faut que cela continue…

© Photo CIK-FIA / KSP